Coopération et partage autour des pratiques collaboratives

Webzine d’outils réseaux

Retour au sommaire des webzines OR
"http://www.w3.org/TR/html4/loose.dtd">

Webzine Outils-Réseaux
N°3
16 novembre 2009

> Edito

Histoire de mur

"Nous mettrons tous nos logiciels et contenus de cours accessibles à tous et libres de droits"... "Vous irez droit dans le mur !" affirmait ma prof de marketing prodigue en conseils lumineux.
Elle n'avait visiblement pas perçu que l'économie classique était déjà bien fichée dans son mur et que ses gentils conseils y avaient contribué. Et nous, nous allons plutôt bien, vu le contexte.
Donc si l'on suit ses anti-conseils, mettons tous nos savoirs en libre accès, sous licence Creative Commons, partageons, cela permettra alors de sortir de leur mur ;-)

Outil du mois

Etherpad

Etherpad est un service en ligne qui permet de travailler à plusieurs sur la rédaction d'un document.
L'interface propose d'un côté une page de rédaction, à la façon d'un traitement de texte. Chaque rédacteur est identifié par une couleur. A droite, un système de chat est intégré qui permet de discuter de manière synchrone entre rédacteurs. Les différentes versions sont enregistrées, on peut même visionner comme une vidéo l'évolution du document.
Mode d'emploi en trois clics !
Pour créer une nouvelle page de chat Etherpad
  • aller sur : http://etherpad.com/
  • cliquer sur "Create public pad"
  • pour inviter d'autres participants : il suffit d'envoyer l'adresse URL de la page à d'autres personnes et celles-ci peuvent se joindre à la discussion, chacun indique son nom dans le menu à droite et se voit attribuer une couleur.
C'est un outil adapté à la rédaction collective d'un document : dossier, compte-rendu, programme... et particulièrement adapté à des groupes émergeant par le fait qu'il est très simple d'utilisation et très accessible : on n'a pas besoin de s'identifier.
Par contre, ce système n'est pas libre et les données peuvent être indexées par les moteurs de recherche ! Si vous connaissez une solution libre équivalente, accessible depuis un navigateur, n'hésitez pas à nous la signaler.
↑ Haut

Usage du mois

Retransmettre en direct de la vidéo sur Internet

C'est décidé votre prochain colloque sera un colloque 2.0 ou ne sera pas ... et il sera même accessible en direct en vidéoconférence depuis internet pour les personnes qui ne peuvent pas se déplacer ! Se pose alors la question du système de diffusion à utiliser :
  • les dispositifs de visioconférence professionnels avec matériel dédié sont souvent inaccessibles, même si on peut imaginer que dans l'avenir ils seront présents dans toute salle de conférence digne de ce nom.
  • les services plus simples et populaires comme MSN, Skype ou Ekiga (logiciel libre) sont plutôt adaptés à des communications un vers un, et réclament également l'installation de logiciels spécifiques sur le poste de travail des spectateurs.
  • le meilleur compromis actuel semble être les services web en ligne qui permettent de diffuser de la vidéo et du son depuis un navigateur vers une large audience : une Webcam ou une caméra, un micro, un ordinateur et une connexion internet suffisent pour émettre vers la planète entière. Attention, c'est de la diffusion, donc à vous d'organiser les éventuels retours des spectateurs, pourquoi pas en utilisant un outil de docu-chat comme Etherpad.
Un service en ligne particulièrement simple d'emploi est celui proposé par justin.tv. Pour la petite histoire ce service a été mis en place par des lifecasters, des personnes équipées de Webcam, ordinateur et connexion internet style 3G diffusant 24/24 de la vidéo sur internet; sa seule limite : une consultation payante à partir d'un grand nombre de spectateurs.
Utilisé lors du colloque science citoyenne et biodiversité d'Octobre 2010 il a permis à plus d'une centaine de personnes de suivre à distance les plénières depuis le site Web mis en place pour cet événement.

La télévision est morte, vive la vidéo coopérative sur Internet!
↑ Haut

Savoir Faire

Atelier Gimp

Créer une bannière de photos et les fusionner à l'aide de dégradés
Tutoriel adapté de http://www.gimp-session.net/fusion.php (licence libre)
image biche

1- Chercher, télécharger et ouvrir dans GIMP, 2 photos libres de droit (par exemple sur Flickr). Les photos ont la même taille et la même résolution.
2- Choisir une image, 'Sélection -> Tout' (ctrl-A)
3- 'Edition -> copier' (ctrl-C). Revenez sur votre deuxième image, puis faites 'Edition -> Coller dans'.
4- Une sélection flottante apparait : aller dans la fenêtre des calques et cliquer sur 'créer un nouveau calque' (icône avec le +)
5- Nous allons maintenant ajouter un masque de calque. Pour cela, faire un clic droit sur votre nouveau calque et choisir 'Ajouter un masque de calque...'
6- Choisir l'option masque 'Blanc (Opacité complète)'

Grâce aux masques de calque vous allez pouvoir gérer la transparence de votre calque de façon graduelle. Avec un masque blanc, la transparence sera nulle sur la couleur blanche de notre masque, et inversement la transparence sera totale sur la couleur noire.

Vous allez appliquer un dégradé sur le masque de calque. La façon d'appliquer ce dégradé déterminera le rendu final de votre image.

7- Aller dans le menu 'Outils > Outils de peinture > Dégradé'

Lorsque vous appliquez un dégradé, le premier clic de souris correspond au départ du dégradé, toute la zone avant sera votre couleur de premier plan. Votre dégradé s'étend jusqu'à l'endroit du deuxième clic de souris. C'est entre ces deux zones que va s'étaler le dégradé, après cette zone sera votre couleur d'arrière plan.
Vous serez certainement obligé de faire plusieurs essais, pour comprendre le processus et réussir à obtenir le résultat escompté.
Ne pas oublier de choisir comme couleurs de dégradé le blanc et le noir.
Faites bien attention d'appliquer le dégradé sur le masque de calque et pas sur votre image.

Voir le cours sur Gimp pour débutants
Voir le cours sur Gimp de perfectionnement
↑ Haut

Coopérations en cours

Observatoire Régional de la Biodiversité Languedoc Roussillon


Simon Popy est écologue titulaire d'un doctorat en écologie réalisé au CEFE de Montpellier.
Il est aussi l'animateur et le concepteur du site de l'Observatoire Régional de la Biodiversité Languedoc Roussillon (ORBLR)


Peux-tu nous présenter rapidement le projet de cet observatoire?

La Stratégie Nationale pour la Biodiversité prévoit la valorisation du Système d'Information sur la Nature et les Paysages (SINP) par la création d'un Observatoire National de la Biodiversité et d'observatoires régionaux. En Languedoc-Roussillon, l'étude de préfiguration d’un futur Observatoire Régional de la Biodiversité (ORB) a été confiée au Cemagref (UMR TETIS), par la Direction Régionale de l'Environnement (DIREN LR) et la Région Languedoc Roussillon. Il s'agit d'un projet particulièrement avancé à l'échelle nationale, bien qu'il soit loin du développement de NatureParif (ORB Ile de France).

Le Languedoc-Roussillon appartient à un des points chauds de biodiversité d'importance mondiale (le pourtour méditerranéen) et est considéré comme la région française ayant le plus haut niveau de biodiversité. Il présente donc une forte responsabilité en matière d'intégration des enjeux écologiques avec les activités humaines. La création d'un ORB, outre sa fonction de valorisation et de bilan des connaissances existantes (éparpillées, lacunaires et souvent difficiles d'accès), a pour objectif d'augmenter le niveau de prise en compte des problématiques liées à la biodiversité dans les processus de décision à l'échelle régionale, par l'apport d'information à caractère stratégique. A cette fin, l'un des objets de l'étude de préfiguration de l'observatoire est de proposer des indicateurs pertinents sur l’état et l’évolution de la biodiversité de la région, ainsi que sur les facteurs qui l’affectent, de façon négative (menaces) ou positive (évaluation des politiques environnementales).

Qu'attends-tu des coopérants, comment peuvent-ils participer au projet?

schema explicatif Etant donnée l'étendue des questions à traiter, et la nécessité de répondre à des besoins réels, une large participation de la communauté des acteurs de la biodiversité régionale est indispensable. Cette communauté étant vaste et diverse (administrations, recherche, gestionnaires, associations, entreprises etc), la démarche a dû être adaptée. Plutôt que de reposer sur une série de grosses réunions difficiles à mettre en oeuvre et peu efficaces, nous avons choisi une démarche plus collaborative et plus éclatée, reposant sur un wiki et une animation adaptative. Nous attendons des participants, d'une part qu'ils consultent sur le site l'état de la réflexion sur les thématiques qui les intéressent, et s'ils le souhaitent, qu'ils les commentent, valident, critiquent, et si possible, fassent des propositions concrètes. Lorsqu'un dialogue entre acteurs est nécessaire, nous organisons des réunions en petit comité ou des entretiens sur des points précis. L'ensemble du projet est également suivi de loin en loin par un comité de pilotage, un comité technique, et par le Comité Scientifique Régional du Patrimoine Naturel.

Quelles sont à l'heure actuelle les choses dont tu es fier?

Je suis assez fier :
- du travail réalisé en collaboration avec Outils-Réseaux (le site en lui-même, mais aussi l'expérience vécue)
- d'avoir pu structurer et rendre accessible de façon permanente et facile d'accès un document évolutif d'une grande complexité,
- de pouvoir laisser une grande liberté aux gens sur la manière dont ils souhaitent travailler (le site n'est pas une contrainte ou une fin en soi),
- d'avoir néanmoins pu suggérer / introduire une autre manière de travailler dans des sphères où ce n'est pas la norme,
- d'avoir pu mettre le site sous licence Creative Commons, ce qui n'est pas encore dans les usages,
- d'avoir démocratisé le processus, en ouvrant largement la participation à toute personne souhaitant exprimer son point de vue ou contribuer.

Quelles sont les difficultés auxquelles tu es confronté?

Il me semble que les principales sont :
- les délais très courts pour un travail de ce type, d'où l'impossibilité d'une démarche d'animation correcte et sereine,
- le manque de proactivité de la part de certains acteurs dont le projet est dépendant,
- la difficulté à intégrer les attentes des différents publics (absence de culture commune, points de vue et besoins très différents),
- l'inégalité des acteurs en termes de pouvoir sur le projet, le manque de clarté à ce sujet,
- la difficulté à atteindre certains participants potentiels par les voies officielles,
- la difficulté à gérer à la fois le travail bibliographique, de synthèse, de propositions, d'animation, d'administration du site, de communication.

Un petit mot sur l'avenir?

A l'issue de cette expérience pilote, une première liste d'indicateurs sera proposée et soumise au comité de pilotage, sur la base des besoins des utilisateurs et des possibilités régionales. Des scénarios descriptifs du montage de l’observatoire resteront alors à établir (partenariats possibles, type de structure, budget), ainsi qu'une maquette selon le scénario le plus probable. Il est possible (voire souhaitable), que l'espace de travail collaboratif orblr.fr change de fonction et continue à évoluer pour devenir un jour le futur site de l'ORB (ou y être inclus), de manière à conserver la dimension collaborative et évolutive déjà insufflée au projet. Néanmoins, la phase de création proprement dite de l'observatoire n'est pas encore acquise et dépend de choix politiques futurs, donc en partie de notre capacité à convaincre les décideurs par un projet répondant à leurs attentes.

Simon Popy

N'hésitez pas à contacter Simon Popy pour plus d'informations.
Voir le site de l'ORBLR
↑ Haut

Astuce pour coopérer

Trucs et astuces pour planter un réseau 2

Suite au webzine précédent, quelques points de vigilances pour des réseaux adolescents. Nous sommes intéressés par toutes remarques, autres pistes qui vous sembleraient pertinentes.

Éviter le chou-fleur pour rester Romanesco
Lorsque le réseau se développe, naissent des sous projets, de nouvelles branches. Pour que celles ci fonctionnent, elles devront se doter d'animateurs et d'outils pour fonctionner. Si l'on n'y prend pas garde, les modes d'animation et outils utilisés peuvent se mettre à diverger fortement d'un projet à l'autre : les personnes passant d'une ramification à l'autre seront perdues, les acquis des uns ne pourront profiter aux autres. Organiser la circulation d'information entre projets devient alors vital. Un réseau proche a mis en place un TST (Tu Sais Tout) qui de manière mensuelle faisait circuler trois phrases sur chaque projet : l'actualité du mois, le point de blocage, l'invention en terme d'organisation.

De la dictature à la démocratie participative
Les réseaux sont souvent cristallisés autour d'une personne, qui va organiser autour d'elle un collectif. L'organisation première du réseau sera souvent à l'image de ses intentions. Le réseau grandissant, il conviendra de rendre lisible les modes de gouvernance (qui décide quoi, où et quand se décident les choses, comment puis-je m'impliquer...) d'inciter à la démocratie, à la participation. Certains vont même jusqu'à l'idée d'assemblée générale permanente.

L'art de visualiser la complexité
Un réseau qui grossi voit souvent son site associé grossir. Il reste compréhensible par les personnes qui ont suivi l'histoire depuis ses débuts mais trop complexe pour de nouveaux arrivés. Il conviendra de travailler à multiplier les formes de représentations de la "chose" : nuages de mots clef, cartes heuristiques, plan, pages affichées au hasard, pages injustement oubliées... Le site ORBLR cité dans ce webzine met en œuvre quelques unes de ces astuces.


↑ Haut

Ils aident à penser

Petit cours d'autodéfense intellectuelle

de Normand Baillargeon aux éditions Broché

couverture livre

Noam Chomsky a dit : «Si nous avions un vrai système d’éducation, on y donnerait des cours d’autodéfense intellectuelle.».
Normand Baillargeon, professeur en sciences de l'éducation à l'Université du Québec à Montréal (UQAM), a pris cette citation au pied de la lettre!

Voici donc un drôle de manuel, illustré par Charb, constituant une véritable initiation à la pensée critique, plus que jamais indispensable à quiconque veut assurer son autodéfense intellectuelle.

On y trouvera d’abord un large survol des outils fondamentaux que doit maîtriser tout penseur critique : le langage, la logique, la rhétorique, les nombres, les probabilités, la statistique etc. ; ceux-ci sont ensuite appliqués à la justification des croyances dans trois domaines cruciaux : l’expérience personnelle, la science et les médias.

Normand Baillargeon répertorie, classe et explique les procédés, les techniques ou processus (volontaires ou pas) qui peuvent entraîner une confusion mentale, une manipulation.

Le très grand intérêt de les classer, les nommer, les comprendre est de permettre de mieux les repérer pour mieux éviter les "panneaux" dans lesquels ils peuvent nous faire tomber !!!

Ecouter le podcast de l'émission Là-bas si j'y suis de France Inter du 31 janvier 2008 sur ce livre.
↑ Haut

Annonces

Formations Outils-Réseaux à la carte : les dates de fin d'année programmées

Nous vous proposons de choisir les formations Outils-Réseaux qui vous intéressent. Vous pouvez, en cliquant sur l'intitulé du stage, vous pré-inscrire. Une fois le quota de pré-inscrits acquis, une date est proposée aux stagiaires.

Certains stages sont déjà programmés, contactez-nous pour vous y inscrire, il reste quelques places !
=> Stage "Découvrir et utiliser wikini", le 4 décembre 2009.
=> Stage "Réaliser son dispositif Web coopératif", le 11 décembre 2009.
=> Stage "Quels outils coopératifs pour le formateur ?", le 18 décembre 2009.

D'autres stages seront bientôt programmés (un sondage va être proposé pour trouver une date) :
=> Stage "Personnaliser Wikini"
=> Stage "Écrits et diffusion sur internet"

Les tarifs restent les mêmes (OPCA : 100,00 €/jour, chômeurs, étudiants : 25,00 €/jour). La somme est due uniquement après confirmation de votre participation (une fois la date fixée).

Questionnaire "Associations et informatiques"

Nous vous avons sollicité pour un sondage sur les usages informatiques des associations. Nous avons reçu 100 réponses. Vous pouvez consulter la synthèse de cette enquête.

Un cycle de formation pour les associations est en constitution... Bientôt nous vous proposerons le programme !
↑ Haut

Participer

Cet article dont vous êtes le héros...

Vous pouvez, en remplissant le présent formulaire, coopérer à l'écriture du prochain numéro. Il suffira de cliquer sur "envoyer" pour qu'il arrive dans nos tuyaux.
↑ Haut

Coopérative de veille

Les derniers liens qui nous ont intéressés

↑ Haut
Association "Outils-Réseaux",
chez Tela Botanica, Institut de Botanique, 163 rue Auguste Broussonnet, 34090 Montpellier
Tél : 09 74 53 12 21 - N° Siret : 508 158 755 00019 - APE 9499Z
Association prestataire de formation enregistrée sous le numéro 91 34 06579 34
Nous contacter par courriel
www.outils-reseaux.org
S'abonner ou se désabonner au webzine
↑ remonter en haut de la page

Cet article est repris du site http://outils-reseaux.org/Webzine20...