Coopération et partage autour des pratiques collaboratives

Sortie du livre “Open Models” : comprendre les modèles économiques de l’Open

Le 15 octobre donnait le coup d’envoi de la diffusion du livre “Open Models” en version papier puis en ebook sous licence CC-BY-SA. Ce projet représente la consécration d’une année de travail pour Without Model et ceux qui se sont lancés dans une aventure intellectuelle, événementielle mais aussi amicale autour des modèles économiques de l’Open. La sortie du livre “Open Models” est l’occasion de faire un bilan des évènements, interviews et articles autour des transformations économiques dans les sphères du logiciel, de l’éducation, de la culture. Pour la partie Science, HackYourPhD a souhaité apporter sa contribution.

Naissance du projet “Open Experience”

Il arrive souvent qu’une question commune taraude plusieurs personnes au même instant. L’art est de pouvoir réunir ces personnes autour d’une même table pour les amener à partager leurs réflexions, explorer un territoire commun, en délimiter ses frontières et trouver des prémices de solutions. C’est le rôle que Without Model a joué avec son projet “Open Expérience” : cycle d’évènements et d’articles autour des modèles économiques de l’Open.

En effet, en septembre 2013 l’économie collaborative semblait être sortie de sa bulle et avoir révélé à un public large de nouvelle façon de produire, de consommer, de partager des savoirs et des connaissances. Nous étions dans la vague déferlante de l’Open, avec ses anciens comme l’Open Source et ses petits nouveaux comme l’Open Data, l’Open Education, l’Open Hardware et l’Open Science. La folie du vent collaboratif avait certes tracé son sillon mais laissait derrière lui plusieurs interrogations. Nombreux voyaient l’importance de ce mouvement pour son efficacité grâce à une organisation et des méthodologies plus collaboratives et agiles mais aussi pour son éthique portée par les notions de transparence et d’ouverture. Toutefois, beaucoup commençaient aussi à se poser la question de la durabilité d’un tel mouvement.

Après l’effervescence de l’Open, comment assurer son maintien ? Quel modèles économiques pour le soutenir ?

Without Model a ainsi rassemblé en la personne de Louis David Benyayer et Karine Durand-Garcon une petite bande d’afficionado/a intéressée par ses questions. Lionel Maurel pour la culture, Bastien Guerry pour le logiciel, Jean-Luc Wingert pour la production–pour n’en citer que quelques uns. Mutinerie, espace de coworking a servi de repère aux réunions et aux évènements. Et HackYourPhD s’est ainsi impliqué pour la partie Science.

Etape préliminaire : cartographier l’écosystème de l’Open Science

Après l’étape HackYourPhD aux States, la définition de l’Open Science semblait plus claire. Il s’agissait maintenant de mieux comprendre les enjeux économiques liés à ce mouvement et de se nourrir des éclairages apportés par les autres thématiques traitées dans le projet “Open Experience”

Ce fut un travail de longue haleine : il a fallu délimiter les contours de l’Open Science et en faire comprendre la signification. L’approche a été alors de répertorier les acteurs/initiatives impliqués pour pouvoir les caractériser et voir les modèles économiques associés. Ce travail s’est construit par touches successives durant de nombreux mois. Il a donné naissance à un questionnaire pour cartographier l’écosystème de l’Open Science. Des rencontres successives ont permis d’associer à ces réflexions différents entrepreneurs et chercheurs. Se sont prêtés au jeux de l’interview Julien Thérier, fondateur de Shazino, Mélanie Marcel, fondatrice de SoScience et Alain Rallet, économiste. Claude Kirchner, délégué général à la recherche et transfert de l’innovation à l’INRIA et Pierre-Carl Langlais se sont associés également à ces échanges notamment lors de la soirée de restitution Open Science : phénomène de mode ou mouvement durable ?

Modèles économiques et Open Science : encore en phase d’expérimentation

Cette soirée s’est enfin déroulée neuf mois après le lancement du projet “Open Experience”. Elle s’est tenue à la Cité des Sciences où une série d’évènements autour de l’Open Science s’organisait depuis mars.
Après une présentation de la cartographie de l’écosystème Open Science les échanges entre les intervenants et le public se sont concentrés autour des problématiques rencontrées par le système actuel de la recherche : manque d’innovation, monopole des éditeurs privés sur la publication scientifique… Ces conversations ont montré que l’ Open Science semble être déjà une réponse contre ce système dominant de plus en plus inadapté. Ces contestations sont portées par le terme tautologique d’Open Science : la Science n’est-elle pas ouverte par nature ? Ce mouvement ne révèle cependant pas encore de réponses bien définies en matière de modèles économiques. La remise en question portée par l’Open Science laisse émerger différentes voies en phase encore d’expérimentation pour faire évoluer le champ complexe que représente le système de la recherche.

Le livre “Open Models” vous révèlera les réflexions actuelles autour des modèles économiques de ce système. Les autres chapitres viendront éclairer les initiatives existantes dans d’autres champs (culture, logiciel, éducation, etc.) et nourrir des scénarios prospectifs autour de la production et du partage des connaissances scientifique.

openmodels

Open Science : un dispositif pour étudier des éventuelles reconfigurations économiques ?

Participer à cette aventure “Open Models” avec Without Model a été un moteur formidable pour HackYourPhD. Il a notamment permis de mettre en place les premières briques d’un travail de recherche plus poussé sur l’Open Science, ses caractéristiques et son impact sur le système de la recherche actuelle.
Ses réflexions qui prendront la forme d’un travail de thèse (ou “hacking de thèse”) tenteront de comprendre dans quelle mesure le mouvement de l’Open Science met en lumière les problématiques clefs traversées par la recherche. Les savoirs scientifiques sont en effet aujourd’hui considérés comme biens marchands sous-tendant un système globalisé de recherche et d’innovation. Mais les potentialités offertes par le numérique de diffusion mais aussi de création collaborative de ces connaissances tendent aussi à les considérer comme biens communs. Ce travail de thèse cherchera à explorer par l’observation et l’analyse d’études de cas les reconfigurations juridiques et économiques associées à ce mouvement. Les recherches menées actuellement sur les communs avec son approche systémique servira de cadre d’analyse. Une piste d’exploration possible est celle des interactions entre les différents acteurs de l’écosystème de la recherche et des dynamiques apportées par le mouvement de l’Open Science. Cet écosystème servira de cadre expérimental pour comprendre si il est possible de dépasser une vision dichotomique Etat/Marché et d’envisager de nouveaux modes de gouvernance articulés autour de ces Communs de la connaissance.

Réflexions à suivre au long terme avec HackYourPhD et à découvrir dès à présent avec le livre “Open Models”