Coopération et partage autour des pratiques collaboratives

Première rencontre le 26 septembre (Paris) pour un réseau francophone des biens communs

Suite à un appel lancé au printemps 2012, (voir ci dessous) une première rencontre est proposée à Paris le 26 septembre dans les locaux de la Fonda pour la création d’un réseau francophone des biens communs.

Voici le texte d’invitation à cette réunion :

Les uns et les autres vous travaillez chacun à votre manière et dans votre domaine autour la question des "communs". De toute part on observe une montée des "communs" comme horizon capable de relier nos initiatives et de dépasser la pensée binaire enfermée entre État et marché. Encore faut-il arriver à donner plus de cohérence et de visibilité au thème des communs et le faire rentrer dans le champ politique.

Dans cette perspective, nous vous avons invité à construire un réseau des initiatives francophones sur les communs et des personnes qui les portent, à travers cette liste de diffusion. Pour aller plus loin et commencer à mieux nous connaître et articuler un tel réseau, nous pensons qu’une première rencontre en présence est nécessaire. C’est pourquoi nous vous proposons de nous retrouver le mercredi 26 septembre à 18 heures, dans les locaux de la FONDA, 18 rue de Varenne dans le 7ème qui a la gentillesse de nous accueillir (métros : Rue du bac ou Sèvres Babylone)

Cette rencontre sera parisienne mais ce n’est que la première d’une série qui a vocation à se diversifier géographiquement.

Nous vous proposons de construire la rencontre autour des démarches suivantes :

- croiser nos initiatives dans nos champs d’action respectifs (santé, infrastructures, culture, semences, etc.) : rencontres, projets législatif appelant mobilisations, publications...

- identifier les acteurs avec lesquels nous devons nous rapprocher (économie sociale et solidaire, partis, mouvements civiques, syndicats...)

- recenser les lieux - académiques ou non - où se construit la théorie des biens communs et où se travaillent les angles morts : publications, séminaires scientifiques, rencontres chercheurs/militants...

- faire le point sur les outils dont nous disposons pour promouvoir et donner de la visibilité à nos actions

- identifier quelques chantiers opérationnels sur lesquels nous pouvons travailler de façon transversale, quel que soit notre champ militant spécifique ex : bénévolat et rémunération dans les communs ; les droits des communs ; les modèles d’affaires alternatifs lorsqu’il y a une ressource à protéger et faire prospérer...

Vous voyez qu’il y a déjà de quoi bien occuper deux heures... mais ce n’est qu’un premier rendez-vous.

Appel pour la constitution d’un réseau francophone autour des Biens Communs

Cet appel, proposé par l’Association VECAM est un point de départ pour contribuer à un large mouvement en faveur de l’élargissement des biens communs. Vous pouvez vous y associer, participer au débat. Une première rencontre sera proposée en septembre pour faire mouvement.

Vous partagez avec nous la conviction que notre monde secoué de crises – aux conséquences multiples économiques et sociales autant qu’écologiques… – ne peut se réduire à une lecture binaire : marché contre État. D’autres manières de penser le développement existent, des manières plus respectueuses à la fois des humains et de la planète, plus créatives que celles que nos structures représentatives historiques nous assignent, plus coopératives que compétitives. Ces autres manières de faire société passent, entre autres, par la promotion, la diversification et la défense des Biens Communs.

Par Biens Communs, nous entendons plusieurs choses : il s’agit d’abord de ressources que nous voulons partager et promouvoir, que celles-ci soient naturelles – une forêt, une rivière, la biosphère -, matérielles – une machine-outil, une imprimante – ou immatérielle – une connaissance, un logiciel, l’ADN d’une plante ou d’un animal –. Il s’agit aussi des formes de gouvernance associées à ces ressources, qui vont permettre leur partage, le cas échéant leur circulation, leur valorisation sans destruction, leur protection contre ceux qui pourraient atteindre à leur intégrité. Les Biens Communs sont donc à la fois une approche alternative de la gestion de biens et de services, qui bouscule le modèle économique dominant basé sur la propriété, et un imaginaire politique renouvelé.

Aujourd’hui de nombreuses initiatives, qu’elles soient issues du monde du numérique et de la connaissance, des mouvements environnementalistes ou de ceux de l’économie sociale et solidaire, participent de cette dynamique des biens communs. Ressources éducatives libres, régimes de circulation ouverte des œuvres de l’esprit, logiciels libres et open source, open hardware, archives ouvertes des publications scientifiques sont quelques exemples des communautés de biens communs qui ont émergé au cours des dernières années dans le champ des ressources numériques.

L’essor et le succès de contenus collaboratifs librement réutilisables tels Wikipédia, les cartes ouvertes et contributives d’Open Street Map, les cours de mathématiques du réseau Sesamath ou les musiques en Creative Commons rendent crédible et popularisent ce mouvement des contenus numériques mis en biens communs. Ils croisent la réflexion et l’action de mouvements antérieurs autour de la défense des savoirs des peuples autochtones, d’une science ouverte et participative, de la protection des ressources naturelles, en particulier l’eau, les forêts, les océans, l’Antarctique ou le climat. Ils rencontrent également les préoccupations des acteurs de l’économie sociale et solidaire, de mouvements pour les monnaies locales ou pour les nouveaux modes de production et de consommation plus respectueux de l’environnement (circuits courts…).

Comme certains d’entre vous le savent déjà, un mouvement international des promoteurs des Biens Communs ou « commoners » en anglais, est en train de se construire. Une première rencontre internationale s’est tenue en Novembre 2010 à Berlin ; une seconde est prévue, toujours à Berlin, en mai 2013. Ces rencontres ont pour objectif à la fois de mettre en réseau ces différents acteurs dans leur diversité, et de penser les questions théoriques auxquelles les Biens Communs sont confrontés (ex : passage du local au mondial ; modèles économiques des Biens Communs, formes de régulation juridique, sociale et politique, relations avec les puissances publiques ou le marché…).

Il nous semble aujourd’hui essentiel de mettre en réseau des acteurs et promoteurs des Biens Communs au sein de l’espace francophone afin de donner plus de visibilité aux démarches et alternatives dont nous sommes porteurs dans nos pays respectifs et de contribuer à une dynamique internationale plus large. C’est dans cette perspective que nous prenons l’initiative de vous contacter.

Comme vous le savez sans doute, l’association Vecam travaille depuis plusieurs années autour de ces questions, notamment à travers des publications (les livres “Pouvoir Savoir : Le développement face aux biens communs de l’information et à la propriété intellectuelle" et “Libres savoirs : Les biens communs de la connaissance - produire collectivement, partager et diffuser les connaissances au XXIe siècle ), des rencontres en France (à Paris en 2005, dans les universités d’été du CRID...), au cours des Forums Sociaux Mondiaux (Belém 2009 et Dakar 2011) et par la mise en place d’outils de mutualisation comme les plateformes bienscommuns.org et remixthecommons.org.

Aujourd’hui nous aimerions contribuer à la constitution de ce réseau francophone des acteurs des Biens Communs. Pour lancer cette initiative, nous vous proposons de mettre en place un petit groupe d’une vingtaine de personnes déjà engagés dans cette question qui pourrait animer avec nous une dynamique plus large. Dans un second temps, l’idée sera bien entendu d’élargir le cercle des personnes à impliquer en incluant les individus et les réseaux qui vous sont proches.

Si vous vous voulez participer à ce projet, nous vous proposons de rejoindre une liste de discussion électronique dédiée (echanges[at]bienscommuns.org) et de réfléchir ensemble à la préparation d’une rencontre qui pourrait se tenir à l’automne 2012.

Si vous souhaitez participer à cette dynamique, un simple message à ce mail : contact[at]vecam.org suffira et nous vous inscrirons sur la liste de discussion.

Coopérativement,

Pour Vecam : Alain Ambrosi, Claire Brossaud, Michel Briand, Claude Henry, Hervé Le Crosnier, Valérie Peugeot, Pascal Renaud, Frédéric Sultan.

La première réunion de ce réseau en constitution se tiendra le mercredi 26 septembre de 18 à 20 heures