Coopération et partage autour des pratiques collaboratives

Petit message à Robert Plant : le droit d’auteur aurait empêché Led Zeppelin d’exister aujourd’hui ! [Pointes de S.I.Lex]

Pointes de S.I.Lex : refus, coups de gueule et réactions (par Wessex Archeology. CC-BY-NC-SA)

Si quelqu’un par hasard a le mail de Robert Plant, le chanteur du groupe mythique Led Zeppelin, il serait gentil de lui faire passer ce billet, écrit suite à l’énorme coup de sang que m’a donné la lecture de cet article paru hier sur PCInpact.

On y apprend qu’un ensemble de veilles gloires de la pop et du rock anglais - Robert Plant donc, mais aussi Elton John, Roger Daltrey et Pete Townshend des Who, Roger Taylor et Brian May de Queen – se sont fendus d’une lettre ouverte sur le site du journal The Telegrah pour réclamer “une législation solide en matière de copyright afin d’exceller au niveau mondial”.

Led Zeppelin in 1977. Par Dunechaser. CC-BY-NC-SA. Source : Flickr

Cette adresse met en avant le rôle moteur que peut jouer le secteur de la musique dans le développement économique de l’Angleterre et la nécessité de mieux protéger les artistes :

En tant que nation avancée sur le plan du numérique, dont la langue est parlée partout dans le monde, la Grande Bretagne est bien positionnée pour accroître ses exportations à l’ère numérique. Dans le secteur de la création, la compétition ne joue pas sur le coût du travail ou sur les matières premières, mais sur le talent et la capacité à innover.

Pour concrétiser ce potentiel, nous avons besoin d’une législation nationale forte, qui permettra aux industries créatives anglaises de rentabiliser les investissements importants que nécessitent la création de contenus originaux. Les activités illicites doivent donc être rejetées dans les marges.

Ce genre de rhétorique est déjà crispante en elle-même, mais voir Robert Plant s’associer à un tel appel au durcissement du droit d’auteur est particulièrement cocasse et mérite que l’on s’y arrête un instant pour comprendre le ridicule de la chose.

Car si Led Zeppelin avait dû se lancer aujourd’hui, dans le climat de crispation généralisée autour des questions de contrefaçon et de plagiat qui caractérise notre époque, il ne fait pas l’ombre d’un doute que ce groupe mythique de l’histoire de la musique n’aurait tout simplement jamais pu exister.

Il faut en effet savoir qu’un nombre important de morceaux du groupe – et non des moindres – comportaient des emprunts à des musiques préexistantes, que ce soit au niveau de la mélodie, des parties de guitare ou des paroles, à tel point que Led Zeppelin figure en bonne place dans l’article de Wikipédia consacré au Musical plagiarism !

Des accusations de plagiat ont pu toucher les plus grands groupes de rock, mais chez Led Zeppelin, il n’est pas abusif de dire que l’imitation - parfois presque servile - était un élément à part entière du processus de création. Ce billet détaille par exemple 10 morceaux sur lesquels planent de lourds soupçons de plagiat : Black Mountain Side, Babe I’m Gonna Leave You, Since I’ve Been Lovin’ You, Moby Dick, In My Time Of Dying, The Lemon Song, Bring It On Home, Whole Lotta Love, Daze And Confused et même le célébrissime Stairway To Heaven, dont l’ouverture à la guitare ressemble étrangement au morceau Taurus du groupe Spirit !

Incroyable, crie le fan de Led Zep’ qui sommeille en vous ? Ecoutez plutôt :

Et vous pourrez plus largement vous faire une idée des petits secrets de fabrique de Led Zeppelin en visionnant cette éloquente vidéo :

Led Zeppelin figure d’ailleurs en bonne place dans la série de documentaires Everything is a Remix, qui tend à montrer que la plupart des créations dites “originales” sont généralement constituées d’emprunts plus ou moins directs à des oeuvres préexistantes. Le premier volume de la série judicieusement intitulé The Song Remains The Same, d’après un morceau de Led Zeppelin, consacre plusieurs minutes au cas emblématique du groupe anglais, qui a certes révolutionné la musique en inventant le Heavy Metal, mais en piochant allègrement à droite à gauche.

Ce que fait bien ressortir le reportage, c’est que même lorsque les emprunts étaient vraiment manifestes, Led Zeppelin n’en a pas fait mention et n’a pas cité les compositeurs originaux des musiques et des paroles qu’il réutilisait. Il ne s’agit pas donc pas de reprises, processus créatif qui implique qu’un groupe admette explicitement réinterpréter un morceau composé par d’autres. On n’est pas plus dans le cas du bootleg ou du remix, pratiques qui ne sont apparues que plus tard. Etant donné qu’il y a eu avec Led Zeppelin dissimulation des sources auxquelles le groupe avait puisé son inspiration, on est bien en présence que ce que le droit appelle des contrefaçons.

Et cela a d’ailleurs fini par attirer de sérieux ennuis en justice au groupe, comme le note le commentaire sous cette vidéo.

Les fans du Zeppelin disent que le groupe a fait des reprises de ces chansons. Cependant, ce n’est pas vrai. Les crédits sur les pochette des albums I, II, III & IV indiquent que toutes les chansons ont été écrites par le duo Page/Plant, même dans le cas des chansons traditionnelles. Après plusieurs batailles en justice conduites par les artistes originaux, leurs noms ont été rétablis sur les albums. Si vous achetez un album de Led Zep’ aujourd’hui et que vous le comparez aux premiers enregistrements, vous verrez que les crédits ont été modifiés.

Le passé de Led Zeppelin continue d’ailleurs à rattraper certains membres du groupe. Le guitariste Jimmy Page a encore été attaqué en 2010 en procès par le musicien folk américain Jake Holmes, pour le fameux morceau Daze and Confuzed, repris quasiment tel quel par Led Zeppelin alors qu’il l’avait composé et interprété deux ans plus tôt.

Robert Plant, qui signe donc cette lettre pour demander avec ses fameux trémolos dans la voix que la législation sur le droit d’auteur soit durcie, a été mis en cause directement dans au moins deux affaires, pour la reprise de paroles qu’il était censé avoir écrites pour Whole Lotta Love et Boogie With Stu. Les deux plaintes ont été éteintes par des transactions et le versement de sommes d’argent pour mettre fin aux poursuites.

Entendons-nous bien cependant.

Je ne veux nullement remettre en cause le génie propre de Led Zeppelin, ni l’apport énorme de ce groupe à l’évolution de la musique au cours des années 70. Une grande part d’ailleurs de la richesse de Led Zep’, c’est justement d’avoir plongé ses racines profondément dans le blues et la musique folk, tout en les réinventant avec un son, une énergie et une créativité monstres !

Je défends depuis longtemps les pratiques de remix et de mashup, ainsi que la réappropriation créative sous toutes ses formes. Comme l’artiste-peintre Gwen Seemel, j’estime de toutes façons que l’imitation est inévitable dans le processus de création et qu’elle est bénéfique, autant pour celui qui imite que pour celui qui est imité :

On peut cependant considérer que le droit de paternité et l’obligation corrélative de citer ses sources constituent des éléments essentiels du droit moral, et de ce point de vue, l’attitude de Led Zeppelin est sans doute contestable. Mais il faut aussi se resituer dans les années 70, où toute la musique rock est née en puisant constamment dans les standards du blues et du folk. La période était plus tolérante que la notre et les critères éthiques qui délimitent la frontière ténue entre l’inspiration et le plagiat n’étaient pas les mêmes que ceux qui ont court actuellement.

Mimi and Eunice. Par Nina Paley. Copyheart. Please copy and share.

C’est précisément pour cela que voir Robert Plant signer une lettre comme celle qui vient d’être publiée dans The Telegraph est choquant. Nous avons échappé au pire avec le rejet d’ACTA au Parlement européen et les équilibres du droit d’auteur sont à présent à reconsidérer. Nous vivons une époque où les abus des droits de propriété intellectuelle sont légions et où la liberté d’expression et de création est trop souvent étouffée par une conception incroyablement rigide du droit d’auteur.

Si Led Zeppelin avait été créé aujourd’hui, il n’aurait tout simplement pas pu exister. Le groupe aurait été balayé dès son premier album par des poursuites en justice et “rejeté dans les marges de l’illégalité”, pour reprendre cette expression horrible qui figure dans la lettre signée par l’ancier chanteur du groupe.

Robert Plant a-t-il pu à ce point oublier d’où il venait avant de signer ce texte ? Combien de Led Zeppelin en puissance ne verront pas le jour parce qu’ils n’auront pu passer à travers les mailles d’un filet juridique de plus en plus étouffant ?

Allez vite, pour nous laver de tout ça, finissons par un petit Dread Zeppelin, avec cet incroyable Stairway To Heaven passé à la moulinette reggae, sur fond d’images de Godzilla (un groupe parodique qui n’a pas l’air, soit-dit en passant, de tellement déplaire à Robert…)


Classé dans :Pointes de S.I.Lex Tagged : contrefaçon, droit d’auteur, inspiration, Led Zeppelin, mashup, plagiat, remix, Robert Plant, rock