Coopération et partage autour des pratiques collaboratives

Ouverture des données publiques en Saône-et-Loire

Description du projet : Le Conseil général de la Saône-et-Loire a mis en place une plateforme d’ouverture de ses données publiques (http://www.opendata71.fr. Mises à disposition des citoyens mais aussi des chercheurs, étudiants, développeurs, journalistes, entreprises, associations, …, les données libérées concernent tous les domaines de compétence du Conseil général. Cette démarche s’inscrit dans la politique de transparence et de démocratie participative du département.
Pour valoriser les données ouvertes et stimuler le développement d’applications, le « concours open data 71 », ouvert aussi bien aux particuliers qu’aux professionnels (étudiants, chercheurs, développeurs, entreprises, journalistes, …) est lancé le 01 octobre 2011. Il récompense les services innovants élaborés à partir des données libérées sur tous types de supports numériques (web, smartphone, téléphone mobile, …). Les dossiers de candidature seront reçus jusqu’au 29 février 2012

Type d initiative : Création d’une plateforme de mise à disposition des données publiques

Territoire de projet : Département de Saône-et-Loire

Porteur(s) du projet : Conseil Général de Saône-et-Loire

Date de lancement : 30 Septembre 2011

Avancement (à la date de recueil) : Opérationnel

Date de recueil de l information : Octobre 2011

Cibles : Citoyens, développeurs, data-journalistes, chercheurs, entreprises, étudiants, grand public


1- Contexte et objectifs du projet

1.1 Contexte et origine du projet

Le projet d’ouverture des données publiques de la Saône-et-Loire est à placer dans le mouvement national (obligation légale de mise à disposition des données publiques) et mondial de l’open data. Il est initié par le Président du Conseil général inspiré par les projets open data réalisés dans les pays anglo-saxons, notamment par l’administration Barack Obama (data.gov). A termes, l’ensemble des données susceptibles d’être libérées légalement seront mises à disposition gratuitement.

1.2 Objectifs et enjeux

La plateforme de mise à disposition des données publiques répond à deux enjeux : un enjeu démocratique et de transparence et un enjeu socio-économique.

  • Enjeu démocratique et de transparence : transformer d’une part la relation entre le citoyen et l’institution (lisibilité des missions du Conseil général, du travail de ses agents, des dépenses) et d’autre part la relation entre le citoyen et les élus (accroître la lisibilité du rôle des élus, leurs missions, les représentations, les délégations, …). L’objectif est de rendre le service public plus efficace et transparent.
  • Enjeu socio-économique : développer un nouvel écosystème au travers de la création de nouveaux services via l’exploitation des données et accroître l’attractivité du territoire. L’objectif est que des entreprises, des développeurs, des professionnels du développement s’emparent des données ouvertes et mises à disposition pour créer de nouveaux services en direction des entreprises et des citoyens. La Saône-et-Loire souhaite se positionner comme une plateforme de l’open data. Elle souhaite ainsi fédérer les acteurs et mettre en place un pôle de compétence « open data » avec des centres de recherche et de formation, des entreprises innovantes, …

2- Description et organisation du projet

2.1 Les acteurs du projet

Le Conseil général est l’initiateur du projet accompagné par trois sociétés :

  • Captain Dash a développé l’outil de datavisualisation et contribué à la mise en œuvre de l’ensemble des outils du site.
  • 22 mars, une société de conseil, de formation et de production web et multimédia spécialisée dans les réseaux sociaux et les nouveaux écrans, a réalisé le site sous WordPress. Elle a assuré la conception graphique.
  • Microsoft a fourni sa plateforme AZURE où sont hébergés le site et les données.

2.2 Les services proposés

C’est un site qui se veut ouvert et accessible au plus grand nombre. Deux interfaces de visualisation sont proposées pour les citoyens et pour les professionnels :

  • l’outil de data visualisation (outil de visualisation des données) pour les citoyens, Dataviz : c’est un outil facile d’utilisation qui permet aux utilisateurs de visualiser l’ensemble des catégories de données disponibles sous forme de carte ou de graphique (diagramme en bâtons, camembert, courbe) avec la possibilité d’affiner les recherches ou d’effectuer des comparaisons par date, lieu ou sous-rubrique. Il faut cliquer sur la catégorie de données et la glisser sur l’icône représentant le type de graphique désiré. Les données disponibles actuellement sont principalement d’ordre financier : les finances publiques des 10 dernières années, les prestataires sur les marchés publics, les dépenses de l’administration, les dettes et créances, la liste d’attribution des subventions, …
  • l’interface professionnelle : destinée aux professionnels notamment chercheurs, étudiants, datajournalistes, professionnels de l’informatique, développeurs, on y retrouve toutes les données disponibles dans l’interface citoyen avec plus de détails. On retrouve des données sur presque l’ensemble des compétences du Conseil général (tourisme, agriculture, environnement, transports scolaires, collèges, patrimoine artistique, archives, …). Elle permet aux professionnels d’accéder aux fichiers sources et de les télécharger. Les fichiers sont téléchargeables sous différents formats ((XLS, PDF, ZIP, XML, HTML, SQL, DBF, SHP, SHX, …). Les usagers peuvent réutiliser les données directement sur le site, sans avoir à les télécharger et les stocker. Il est par exemple possible de développer une application via le site sans télécharger les données. Une documentation nécessaire à l’utilisation des API (Application Programming Interface ) de la plateforme est disponible via l’interface professionnelle. Pour montrer l’exemple, Le Conseil général a fait développer par ses partenaires une panoplie d’applications à partir des données libérées. Au travers de ces applications, il voulait illustrer comment les données pouvaient être réutilisées.

Quelques exemples d’applications développées à partir des données libérées :

  • Subventions départementales : permet de visualiser toutes les subventions versées par le Conseil général, par type de budget, par thème et par commune pour chaque année depuis 2004.
  • Hébergement touristique en Saône-Loire : permet de visualiser l’offre d’hébergement touristique du département (hôtel, camping, chambres d’hôtes, cabane dans les arbres…) grâce à une carte interactive.
  • Arrêt des bus scolaires : permet de trouver le point d’arrêt des bus scolaires le plus proche, sa localisation exacte ainsi que sa photo, en sélectionnant une commune.
  • Travaux des bâtiments départementaux : permet de voir les travaux qu’effectue le Conseil général dans les bâtiments dont il a la responsabilité (collèges, centres médico-sociaux, équipements culturels…).


2.3 Les publics bénéficiaires

Le projet s’adresse à deux groupes de bénéficiaires :

  • Le grand public notamment le citoyen qui a accès aux données via l’interface de datavisualisation. Il a plus de lisibilité sur les actions du Conseil général et pourra notamment contrôler la gestion du budget. Il est également le premier bénéficiaire des applications et services qui seront créés.
  • Un public de professionnels (notamment de l’informatique) avec d’une part des entreprises, des auto-entrepeneurs ou des développeurs qui pourront proposer de nouveaux services avec les données mises en ligne et d’autre part les datajournalistes qui s’intéressent particulièrement à la donnée. Le projet s’adresse également aux chercheurs, étudiants et universités de la Saône-et-Loire comme l’Ecole Nationale Supérieure des Arts et Métiers (ENSAM) spécialisée dans la réalité augmentée qui s’appuie sur des données territoriales, touristiques, environnementales, …

2.4 La dimension financière

Le projet a été entièrement financé par le Conseil général sur fonds propres. Un budget d’investissement de 80 000 € est réparti entre les trois partenaires (Captain Dash, 22mars et Microsoft). A cela, il faut ajouter les 20 000 € destinés à financer les projets qui seront retenus à l’issu du concours d’applications. Donc globalement c’est un budget de 100 000 €.


3- La mise en oeuvre du projet

3.1 Les étapes de mise en oeuvre

  • Le projet a débuté par une phase d’étude réalisée par le chef de projet pour défricher le sujet de l’open data et prendre connaissance des initiatives existantes notamment dans les pays anglo-saxons et en France (Rennes, Paris) ;
  • Avril-Juin 2011 : inventaire des données potentiellement ouvrables et réutilisables au sein du système d’information de l’institution et consultation des entreprises ;
  • 16 juin 2011 : vote par l’assemblée départementale entérinant le projet d’ouverture des données du Conseil général ;
  • Juliet-septembre 2011 : recherche de partenaires pour la mise en œuvre de la solution par le biais d’appels d’offres ;
  • 30 septembre 2011 : lancement officiel de la plateforme.

3.2 Les méthodes

Un comité de pilotage composé de la Direction Générale, du Cabinet, de la Direction de la Communication et de la Direction des Systèmes d’Information ainsi que des partenaires se réunissait toutes les 2 à 3 semaines pour faire le point sur l’évolution du projet et prendre les décisions. Le responsable du projet animait l’ensemble des ressources à la fois internes et externes. Compte tenu des délais de réalisation, un travail quotidien avec des points de contrôle réguliers était mené avec les partenaires.

3.3 Les moyens techniques

Le site, basé sur le Cloud, est développé à partir du système de gestion de contenu WordPress et hébergé sur la solution Azure de Microsoft.
L’interface pour les professionnels est basée sur le kit de démarrage OGDI (Open Government Data Initiative) disponible sous licence libre (Microsoft Public Licence MS-PL). OGDI est un outil de gestion des données notamment celles produites dans le cadre des projets open data. Il permet de requêter directement les données sans pour autant les télécharger et les stocker.
L’interface pour les citoyens est basée sur l’outil de visualisation des données, Dataviz, développé par Captain Dash en HTML5. Elle permet avec de simples glisser-déplacer de visualiser les données sous forme de diagrammes, de camemberts ou sur une carte.
Les données sont stockées dans Azure Storage (NoSQL) et dans SQL Azure.
Le site est sous la licence APIE V2 qui autorise, la libre réutilisation des données gratuitement à des fins commerciales ou non (exploitation, traitement, distribution, …) à condition d’indiquer la source.

3.4 Les moyens humains

Au niveau du Conseil général, la DSI, le Cabinet, la Direction de la communication, la Direction générale ainsi que tous les services producteurs de données ont été mobilisés.

  • Un chef de projet open data a été nommé. Homme orchestre, il est chargé de piloter le projet et de mobiliser les ressources nécessaires.
  • La Direction générale a mis en œuvre les moyens nécessaires, donné des directives et pris les décisions.
  • Le Cabinet a participé aux prises de décisions et aidé à la construction des solutions.
  • La Direction des systèmes d’information et de l’information géographique a édité le site.
  • En septembre, 2 agents ont été mandatés pour s’occuper du chargement des données sur la plateforme.

Captain Dash, Microsoft et 22 mars ont accompagnées le Conseil général dans la mise en œuvre du site.

3.5 La communication sur le projet

Le projet a été largement diffusé via plusieurs canaux.

  • Le département a communiqué sur le projet au travers de son journal « Saône Info », de son site internet et de la presse locale.
  • Une cérémonie de lancement du projet a été organisée le 30 septembre 2011 enregistrant la présence de plus de 100 personnes notamment des acteurs de l’open data et des acteurs du département.
  • Trois jours avant, une conférence de presse s’était tenue à Paris pour un pré-lancement du projet.
  • Les réseaux sociaux notamment Facebook et Twitter sont également mobilisés pour les besoins de communication autour du projet.
  • De plus le responsable du projet a participé à plusieurs événements notamment des conférences et des forums liés à l’open data : atelier de réflexion autour du phénomène open data organisé par « Regards sur le Numérique » le 17 mars 2011 à Issy-les-Moulineaux, « Open Data Garage » organisé par Items International et la Fing à Marseille le 6 juillet, des barcamps à Paris, Lyon, Dijon, …, lancement du Data Store (marché de données en ligne) de Data Publica le 19 octobre.
  • Pour booster la création de nouveaux services et applications, le Conseil général a lancé le 1er Octobre 2011 un concours d’applications doté d’une enveloppe de 20 000 €, le Concours Open data 71.

4- Bilan et perspectives

4.1 Les éléments de bilan

4.1.1 Les objectifs réalisés

C’est un projet à moyen et long terme. Le premier objectif de mise en œuvre d’une solution est atteint. Le site compte actuellement 100 Go de données. Il est visité jusqu’à 300 fois par jour. Environ 30 000 visites des données. Le concours pour la création d’applications innovantes est lancé. 60 demandes de dossiers sont déjà enregistrées.
Le site et les données sont donc visités. Il reste à savoir ce qui en est fait. Le bilan à moyen terme sera réalisé d’ici 6 mois, après la clôture du concours.

4.1.2 La réponse aux attentes des usagers

Les témoignages viennent de la communauté open data française qui a bien accueilli le projet. Au niveau local, les développeurs s’intéressent au projet mais il n’y a pas encore d’éléments particuliers pour corroborer cela.

4.1.3 Les points forts du projet

Le projet résulte d’un travail d’équipe. Le Cabinet, les services, la Direction des systèmes d’information qui gère les données au sein du département ainsi que les partenaires pour la réalisation ont travaillés de concert pour la réussite du projet.
L’interface de visualisation des données à destination des citoyens, la base et les applications NoSQL, la volumétrie et la diversité des données mises en ligne sont autant de points forts du projet mais aussi la rapidité de réalisation de la plateforme (environ 6 mois).
De plus, il y a une volonté politique assez forte pour faire du département une plateforme de l’open data. Le Conseil général a mis en place une structure permanente autour de l’open data : un directeur de projet open data chargé de pérenniser la démarche et de faire du département un pôle incontournable en la matière a été nommé.

4.1.4 Les points faibles du projet

Le mouvement de l’open data est en construction : la législation et les modèles ne sont pas encore complètement arrêtés. L’échéance pour le lancement du site (30 septembre) était aussi une contrainte.
Il faut aussi un gros effort de communication pour mobiliser, sensibiliser et pousser les acteurs autour de l’open data.

4.1.5 Les perspectives dévolution

Les données sont actuellement d’ordre financier. Le site sera enrichi de toutes les données dont la loi autorise la mise à disposition. Il sera également complété par l’intégration d’un didacticiel, des info-bulles et d’un forum. La mise en place d’une interface pour les partenaires du Conseil général est aussi prévue.
Le département souhaite se positionner comme un acteur phare de l’open data et pérenniser le mouvement. Les futures orientations incluent d’aller chercher les données du territoire et mettre ensemble tous les producteurs de données en Saône-et-Loire qu’ils soient publics ou privés, puis de mettre en relation les réutilisateurs, qu’ils soient en Saône-et-Loire ou ailleurs. L’ensemble des secteurs d’activités de la Saône-et-Loire ont potentiellement des données à mettre en ligne et à exploiter. Le travail sera abordé par chantier, comme par exemple le tourisme, l’agriculture, … Le Conseil général compte fédérer l’ensemble des données publiques du territoire, voire au-delà, mais aussi les réutilisateurs et producteurs de données, pour favoriser la mise à disposition des données et leur réutilisation pour la création de nouveaux services.

4.2 Appréciation du porteur de projet

1- Appréciation du porteur

Le projet de mise à disposition des données est un moyen de profiter de la créativité du plus grand nombre au bénéfice du plus grand nombre.

2- Conseils aux futurs porteurs de projet similaire

Il faut être audacieux et créatif dans ce genre de projet car il n’y a pas encore de modèles figés.
Il faut réfléchir en terme d’usages, la question est comment les données peuvent améliorer la qualité de service ou la qualité de vie des citoyens ?
Il faut aussi se faire accompagner par les quelques acteurs présents sur ce sujet et ne pas hésiter à aller voir ce qui se fait ailleurs.
Le partage et la mutualisation sont indispensables.

5- Critères d´évaluation

5.1 Innovation

Bien au-delà de la technologie sur laquelle sont basées les données, le projet relève d’un enjeu de société. L’usage et les usagers ont été au cœur des réflexions. Les citoyens peuvent facilement visualiser les données et n’ont pas à attendre que les professionnels s’en emparent.
La Saône-et-Loire est sollicitée par plusieurs collectivités notamment les départements de Cher, l’Eure, la Moselle, la Loire Atlantique, …

5.2 Impact

La Saône-et-Loire dispose en son sein d’acteurs de l’open data. Un des objectifs du projet est de montrer que la Saône-et-Loire existe et qu’elle est attractive pour y faire venir des personnes. Une connaissance du département est portée au travers du projet ;
Les professionnels vont créer de la valeur à partir des données mises à disposition. Il faut attendre la clôture du concours qui doit encourager le développement d’applications et de services pour faire un vrai bilan du projet et analyser son impact.

5.3 Reproductibilité

La reproduction du projet sur d’autres territoires dépend de la volonté politique. Il faut que les élus aient envie que les données notamment de transparence soient mises en ligne. Elle dépend aussi de l’audace : le résultat n’est pas garanti contrairement à certains projets.

5.4 Pérennité

"

Les éléments pouvant assurer la pérennité de la démarche sont :

  • la mise en place d’une structure permanente plus étoffée avec des ressources pour la suivie du projet et la mise à jour des données ;
  • la mise en place d’une structure technique, des automates de mise à jour des données tout en gardant une partie manuelle ;
  • la mutualisation et l’alimentation de la plateforme avec les données d’organismes extérieurs ;
  • le développement d’applications et de services innovants à destination des citoyens et des entreprises notamment dans le cadre du concours open data 71.

Contacts : M. Pierre-Paul PENILLARD, Directeur de projet en charge de l’open data 71, Conseil général de Saône-et-Loire | pp.penillard cg71.fr

Espace Duhesme

18 rue de Flacé

71026 Mâcon Cédex 09

Téléphone : 03 85 39 66 33

Site : http://www.opendata71.fr

Partenaires :

Editeur captaindash

Agence 22 mars

Microsoft Azure

Liens vers d autres Initiatives : Région Aquitaine : cCréation d’une plateforme de mise à disposition des données publiques

Projet de répertoire des données publiques des collectivités de Midi-Pyrénées