Coopération et partage autour des pratiques collaboratives

Les Wikis, des écosystèmes de communs

Du 5 au 18 octobre 2015 a eu lieu le Temps des communs, une série d’évènements et de rencontres sur le thème des communs. A cette occasion, le magazine Friture Mag a publié un numéro spécial pour vulgariser sur ce thème et auquel j’ai participé en rédigeant un article sur le thème des wikis comme écosystèmes de communs.

Les Wikis, des écosystèmes de communs

Aujourd’hui, tout le monde ou presque connait le site Wikipédia. Apparue en 2000, cette encyclopédie en ligne est aujourd’hui le 5eme site le plus visité au monde.

Ayant pour but de rendre la connaissance accessible à tous, il contient aujourd’hui 4,8 millions de pages en anglais, 1, 6 millions en français, et 288 langages pour rendre accessible tous les sujets de la connaissance.

Si nous l’utilisons quotidiennement pour avoir une réponse rapide à un sujet que nous ne connaissons pas, elle est aussi de plus en plus une source d’information pour des chercheurs, étudiants, docteurs, ingénieurs. Sa qualité, même si elle reste inégale, est aujourd’hui globalement reconnue.

Un site contributif grâce à la technologie wiki

Si la plupart des gens connaissent Wikipédia, le concept de wiki, le logiciel qui a permis à Wikipédia d’émerger, reste encore méconnu. Un wiki est une sorte de site internet qui permet à n’importe qui de partager, modifier et améliorer rapidement et facilement de l’information sur internet. Cette facilité d’usage permet un travail collaboratif et un partage dynamique entre contributeurs.

C’est cette technologie qui a permis à Wikipédia de se construire par les contributions bénévoles de dizaines de milliers de personnes, chacun ajoutant des pages, améliorant les informations apportées par d’autres, corrigeant les fautes d’orthographes ou ajoutant des références pour valider la qualité du contenu. Parce qu’elle se nourrit de l’intelligence collective de milliers de personnes aux compétences très variées, Wikipédia a pu innover très rapidement, son modèle coopératif étant plus efficace et “compétitif” que celui de grosses entreprises bien établies pourtant richement dotée en moyens humains et financiers.

Au delà du programme informatique

Au delà du programme informatique, la révolution du wiki c’est la possibilité donnée aux gens de contribuer sans avoir besoin d’autorisation a priori, le contrôle de la qualité se faisant a posteriori par la communauté.

L’essor de Wikipédia a aussi été rendu possible par l’utilisation de licences libres comme alternative au copyright traditionnel. Ces licences libres assurent aux contributeurs qu’ils peuvent réutiliser le travail d’autres personnes et que leur propre travail ne sera pas accaparé par certains intérêts privés. Dans la communauté d’autres règles régissent ainsi le fonctionnement et l’usage de Wikipédia.

Ainsi Wikipédia n’est pas seulement une encyclopédie ou un site internet, mais un commun : une ressource produite et gérée par et pour une communauté qui s’est dotée de règles spécifiques pour gérer cette ressource de façon viable, équitable et durable.

Si Wikipédia est le plus connu, d’autres wikis thématiques servent de support à des communs numériques. Par exemple Appropedia est un wiki qui liste des solutions et des technologies durables pour les rendre partageables et réutilisables. Dans cette encyclopédie des alternatives, on peut ainsi apprendre comment bâtir un poêle ou une maison énergiquement très performant ou trouver des plans pour construire une microéolienne afin de produire son électricité propre soi même. Comme sur Wikipedia, ces plans et ces recettes sont librement réutilisables par tous et sont améliorées en permanence par la collaboration entre les contributeurs.

Il existe ainsi des myriades de wikis, certains privés, d’autres publics, certains utilisés en interne par des associations, entreprises ou institutions (Outils-Reseaux, WikiBlog IME Mathalin, Etalab) , des réseaux (Archipel sur l’Innovation sociale et le numérique, Movilab sur les tiers lieux), des territoires (WikiBrest, WikiMesclat) ou des évènements (MousTIC, Forum des usages Cooperatifs).

Une communauté liée au commun

A chaque fois le wiki est indissociable de sa communauté, car c’est elle qui le nourrit, le “jardine”, coupant les branches mortes, aidant une pousse fragile à émerger.

Depuis le concept de wiki s’est étendu au delà de son sens originel pour désigner au sens large des projets contributifs où les participants mutualisent leur travail. Ainsi WikiHouse désigne un projet de plans de maisons qui peuvent être fabriquées avec des outils de fabrication numériques. En téléchargeant les plans et en les lisant avec outils de découpe pilotés par ordinateur, il est possible de produire très simplement les pièces nécessaires à la conception d’une maison Wikihouse à bas cout et energétiquement efficiente.

Plus récemment le WikiBuilding ambitionne de faire passer ce modèle contributif à l’échelle d’un immeuble et mettre en place des méthodes pour le co-construire avec ses usagers.

Un système vivant

Les wikis ne sont donc pas seulement des outils informatiques, mais des systèmes vivants, où technologie, information, contributeurs interagissent et se nourrissent réciproquement de façon dynamique.

Enfin si les wikis servent de support à des communs numériques, les informations nous permettent d’inventer et de démocratiser des solutions à des problèmes très concrets (économiser de l’energie, batir en respectant l’environnement, apprendre une discipline, mettre en place un jardin partagé, monter un tiers-lieux, animer une communauté ou un territoire, ...) et ainsi de soutenir des communs matériels et leurs communautés.­

A l’heure où une crise économique, sociale et environnemental menace, ces écosystèmes de communs numériques ouvrent un champs de possibles pour aller vers une société viable, équitable et durable.

Références :

(disclaimer : je contribue ou j’ai contribué aux projets suivants : Wikipedia,Wikibuilding, MousTIC, Forum Brest, Movilab, WikiBlog IME )

Vous pouvez retrouver cet article ainsi que de nombreux autres sur le thème des communs dans le numéro 23 automne 2015 (retrouver la liste des points de vente dans cet article)

Source de l’image : CC-BY-SA Lane Hartwell https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Wikipedia_mini_globe_handheld.jpg