Coopération et partage autour des pratiques collaboratives

Les Ardennes lancent « Woinic contre-attaque »

Avec le jeu sur Facebook « Woinic contre-attaque », le Département des Ardennes utilise une voie moderne et ludique pour promouvoir ses charmes et son identité.

Genèse

Cet été, la France assistait médusée à l’empoisonnement mortel de 36 sangliers, victimes des algues vertes sur le littoral français. Woinic, le sanglier symbole des Ardennes, ne pouvait assister sans réagir à cette hécatombe de ses congénères.

Dans les Ardennes, la résistance s’organise et Woinic prend les armes !

Principes du jeu
Le jeu, entièrement gratuit, est proposé par le Conseil général des Ardennes sur la page «  Les Ardennes, le Département (page officielle). C’est un « shoot them up  » avec un but simple :
dégommer le plus de cibles possible en 1 mn.

Une fois inscrit sur la page, le joueur se met dans la peau de Woinic. Il doit toucher le maximum d’algues, ce qui augmente son score. S’il laisse des algues venir sur la fontaine de la place Ducale, il perd des points. Il tire autant qu’il veut de galettes à suc et lance des chaudrons de cacasse à cul nu telles des grenades.

La page « Les Ardennes, le Département » centralise les plus gros scores et les joueurs peuvent défier leurs amis et les inviter à venir battre leur score.

Objectifs

Ce jeu vise à fédérer la communauté ardennaise sur la page Facebook « les Ardennes, le Département » en lui proposant un loisir identitaire, et à renforcer le lien entre le Département et les Ardennais.

Il vise également à promouvoir le département vers l’extérieur en reprenant, sur un mode original, moderne et ludique, des éléments forts et attractifs à faire connaître : la place ducale à Charleville-Mézières (joyau architectural du XVIIème siècle, copié par la place des Vosges à Paris, à 1 h 30 de TGV de là) et la gastronomie locale, dont la galette à sucre et la cacasse à cul nu, utilisées par Woinic dans le jeu pour combattre les algues et attirer les humains !

Pratique innovante

Nouvelle interface de relation des organisations avec le grand public, Facebook est largement utilisé mais il est difficile d’y émerger face au foisonnement qu’il suscite. Or, 52% des Français qui sont fans de pages Facebook pratiquent des jeux en ligne (étude DDB Paris/OpinionWay in DocNews du 19/09/2011). Le Conseil général des Ardennes innove là en s’inscrivant dans un usage en forte progression sur les réseaux sociaux, mais peu utilisé pour l’heure par les collectivités territoriales.

C’est le 1er Département à proposer ce type de jeu, forme nouvelle de promotion territoriale.

Mais qui a fait ça ? 

  • Idée originale, règles et production : Direction de la communication du Conseil général des Ardennes -
  • Réalisation technique et graphique : Agence internet Grafia
  • Illustration originale de Woinic : JPMC

Et qui est Woinic ? Woinic est rien moins que le plus grand sanglier du Monde ! Situé au coeur des Ardennes, sur l’aire d’autoroute de Saulces-Monclin, cette représentation de l’animal-totem du département fait presque 10 mètres de haut, 14 mètres de long, 5 mètres de large ! 50 tonnes de métal, 6,5 tonnes de soudure et plus de 12.000 heures de travail pour son créateur, Eric Sléziak, ouvrier métallurgiste qui l’a fait naître de son imagination.

Cette oeuvre est la fierté de tous les Ardennais et du Conseil général des Ardennes, qui a choisi de conserver sur son logo cette image emblématique du sanglier. Animal mythique, il fait partie de la culture collective du département. Il est porteur de ses valeurs identitaires : la force, le courage, la solidarité.

Et la galette à suc ? Et la cacasse à cul nu ? Ces deux plats sont typiques des Ardennes. De forme ronde, à la surface légèrement dorée et croustillante, la galette au sucre ou (tarte à suc’) est une recette de pâte levée emblématique. Retrouvez la recette sur www.ardennes-de-france.com. Quant à la cacasse à cul nul, elle était, à l’origine, un plat simple et nourrissant que les gens les plus modestes utilisaient lorsqu’ils n’avaient pas les moyens d’acheter de la viande. Le plat était dit «  à cul nu  » en raison de l’absence de viande. La cocotte étant simplement frottée avec une barde de lard avant cuisson des pommes de terre pour parfumer le plat (définition officielle de la confrérie du même nom).