Coopération et partage autour des pratiques collaboratives

La fin de Grooveshark et le prix à payer pour la survie des plateformes

La nouvelle est tombée brutalement vendredi dernier : le site de streaming musical Grooveshark a fermé ses portes, après plus de huit années d’existence et une longue bataille judiciaire contre les majors de la musique, qui s’était terminée en 2014 par une condamnation pour violation du droit d’auteur. Les fondateurs du site ont préféré saborder leur navire et mettre un point final à l’aventure, plutôt que de devoir payer les 700 millions de dollars d’amendes auxquels ils étaient exposés.

Le « message d’adieu » qui figure sur la page d’accueil de Grooveshark depuis vendredi dernier.

Il est extrêmement intéressant de revenir sur la trajectoire d’une plateforme comme Grooveshark, car sa destinée éphémère épouse celle de la guerre au partage conduite depuis des années par les industries culturelles. Et sa disparition nous renseigne aussi sur les conséquences de cette stratégie des ayants droit sur l’écosystème global de la musique sur Internet.

Un coup porté à la « Longue Traîne » de la musique

Grooveshark compte en effet parmi les successeurs de Napster, fermé par décision de justice en 2001. Apparu en même temps que Limewire par exemple, il prenait à l’origine la forme d’un réseau de P2P, surfant sur la vague du web 2.0 et des plateformes de partage de contenus qui sont apparues à cette époque (Flickr pour la photo, YouTube pour la vidéo). Son originalité était cependant initialement de prévoir une rémunération pour les utilisateurs qui acceptaient de mettre en partage des fichiers. Alors que l’on parle beaucoup aujourd’hui du Digital Labor et du « travail gratuit » que les plateformes font effectuer à leurs utilisateurs, Grooveshark avait quelque chose de visionnaire dans ses rapports avec les utilisateurs. Il s’agissait également pour lui d’une stratégie, afin que son catalogue s’étoffe le plus rapidement possible et surpasse celui des plateformes concurrentes.

Sur cet aspect de la profondeur de l’offre, Grooveshark avait en effet clairement une longueur d’avance sur ses concurrents et on le perçoit à travers les commentaires partagés sur Twitter par les internautes à l’annonce de sa fermeture. Nombreux sont ceux qui déplorent le fait de perdre avec leurs playlists des morceaux rares, qu’ils ne retrouveront pas sur « l’offre légale » de streaming musical, chez Deezer ou Spotify.

Le catalogue de Grooveshark avait cette vertu de matérialiser une forme de « longue traîne » en musique, dont l’existence ailleurs sur Internet est loin d’être évidente. Il en est ainsi parce que son contenu était directement « crowdsourcé » par ses utilisateurs à partir de la mise en commun de leurs bibliothèques personnelles. Mais Grooveshark n’a bien sur pas tardé à être attaqué par les titulaires de droits du secteur, qui l’ont rapidement accusé de favoriser la contrefaçon d’oeuvres protégées à grande échelle.

Du P2P au streaming musical centralisé

En réaction à cette menace, Grooveshark a rapidement muté, en s’éloignant de plus en plus du modèle décentralisé. Il est devenu une sorte de « Napster in the Cloud », en se transformant en une plateforme centralisée de streaming musical, très proche en un sens de ce que YouTube représente pour la vidéo ou SoundCloud pour le son. Le projet de rémunérer les utilisateurs pour la mise en mise partage des fichiers a bien sûr rapidement été mis a placard. A la place, Grooveshark a cherché un terrain d’entente avec les majors en mettant en place un système de rémunération, basée sur un partage des recettes publicitaires et des abonnements qu’il proposait à ses utilisateurs.

Mais cela n’a pas suffi à éteindre les plaintes des industriels du secteur, car Grooveshark portait en lui une forme de « vice fondamental » à leurs yeux : s’ils toléraient l’existence d’un tel service, ils acceptaient de revenir sur le principe de base du droit d’auteur, qui veut qu’une oeuvre ne peut être distribuée sous une forme donnée qu’avec l’accord des titulaires de droits. Grooveshark de son côté s’abritait aussi derrière la responsabilité allégée dont bénéficient les hébergeurs de contenu sur Internet au titre du DMCA (Digital Millenium Copyright Act) aux Etats-Unis. Une plateforme ne devient responsable pour un contenu mis en ligne par un de ses utilisateurs que si elle ne réagit pas rapidement pour le retirer une fois qu’il lui a été signalé. Or c’est ce point qui a causé la perte de Grooveshark : les ayants droit sont parvenus à prouver devant les juges que la société avait demandé à des employés de charger eux-mêmes de fichiers sur la plateforme, ce qui a eu pour conséquence de leur faire perdre le bénéfice du « safe harbour » prévu par le DMCA.

Quelle différence entre Grooveshark et « l’offre légale » ? 

Après avoir commis une telle erreur, la fin de Grooveshark était inéluctable et l’occasion trop belle pour les titulaires de droits de faire un exemple. Mais au-delà de ce motif de condamnation, on peut se demander qu’est-ce qui fait au juste la différence entre Grooveshark et des plateformes dite « légales » comme Deezer ou Spotify ? Qu’est-ce qui le différencie aussi fondamentalement de sites comme YouTube ou SoundCloud, toujours en ligne malgré la « zone grise » dans laquelle ils se situent eux-aussi depuis des années.

La différence est en réalité extrêmement ténue. On peut même dire que Deezer n’est rien d’autre qu’un Grooveshark qui a réussi. En effet, il est bon de rappeler qu’à ses origines l’aujourd’hui respectable Deezer a également subi des accusations de violation de droit d’auteur. Le champion français du streaming avait en effet réussi à trouver un accord avec la SACEM en ce qui concerne les droits des auteurs, mais pas avec les producteurs de musique qui l’ont longtemps menacé de procès. Ce n’est qu’après coup qu’une entente a pu être entérinée, mais Deezer a bien été obligé lui-aussi à une époque de « passer en force », en mettant les titulaires devant le fait accompli de l’existence d’une offre.

La France compte d’ailleurs elle aussi son Grooveshark. En 2003, un site dénommé Radioblog avait essayé de mettre en place un modèle d’écoute en streaming gratuit, financé par de la publicité. C’était d’ailleurs à l’époque un concurrent de BlogMusik qui se se transformera ensuite en Deezer, mais la sanction a été lourde pour lui, puisque le site a été condamné en 2012 par la justice, avec un million d’euros d’amendes à verser pour ses fondateurs.

La frontière entre l’offre « légale » et les sites pirates est donc bien plus floue que ce que l’on veut bien nous faire croire. Beaucoup des sites dits « légaux » ont commencé leur existence aux marges de la légalité. Par ailleurs, on remarquera qu’aussi bien Grooveshark que Radioblog avaient clairement l’intention de rémunérer les artistes, au moins par un partage des recettes publicitaires. A l’opposé, des plateformes comme Deezer et Spotify sont régulièrement pointées du doigt pour les sommes dérisoires par écoute qu’elles reversent aux créateurs. Peut-être est-il bon ici de rappeler que lorsque MegaUpload a été fermé en 2012 par une intervention manu militari du FBI, il était à la veille de lancer une offre MegaBox payante, dont 90% des revenus auraient été reversées aux artistes. Certains sont allés jusqu’à dire que c’est même sans doute une des raisons qui ont précipité sa perte, car les titulaires de droits auraient eu trop peur que leurs offres légales ne fassent soudain « pâles figures » à côté de cette nouvelle piste de financement pour les artistes…

Comment les plateformes « achètent » leur survie…

Pourquoi les ayants droit se sont-ils acharnés sur Grooveshark alors qu’ils laissent subsister des plateformes très proches dans leurs principes de fonctionnement, comme YouTube ou SoundCloud ? Certes, il y a bien sûr le fait que Grooveshark a commis l’énorme erreur de faire partager des fichiers à ses propres employés, ce qui le rendait beaucoup plus vulnérable en justice. Mais au-delà de ça, YouTube et SoundCloud ont accepté de faire évoluer graduellement leur modèle pour trouver un terrain d’entente avec les titulaires de droits.

YouTube a par exemple des accords de redistribution de recettes publicitaires qu’il génère avec certains producteurs, ainsi qu’avec des sociétés d’auteur comme la SACEM en France. Par ailleurs, il a déployé un système de filtrage automatique des contenus chargés par ses utilisateurs, le fameux ContentID, dit aussi « Robocopyright ». Cet algorithme qui fonctionne à partir d’empreintes des fichiers données à YouTube par les titulaires de droits assure une forme de « police privée du droit d’auteur », qui permet à la plateforme de ne pas perdre le bénéfice de sa responsabilité allégée, tout en assurant une surveillance constante des contenus.

SoundCloud a connu exactement la même trajectoire. Un robocopyright a aussi été progressivement déployé pour filtrer les contenus, non sans avoir des conséquences assez lourdes pour les utilisateurs. Car SoundCloud a longtemps été réputé comme un lieu privilégié sur la Toile pour le partage des mix et des compilations de DJ. Or les robocopyright ne font pas dans la dentelle : ils repèrent automatiquement les empreintes des oeuvres qu’ils sont chargés de surveiller, sans distinguer s’il s’agit de morceaux entiers ou d’extraits réutilisés dans des créations dérivées.

D’une certaine manière, on peut dire que deux plateformes comme YouTube et SoundCloud ont acheté leur survie en acceptant de déployer ces systèmes de police privée du droit d’auteur, qui soulèvent bien des questions quand à la garantie des droits et libertés. La soumission à cette « robotisation » de l’application du droit est aussi le prix que doivent payer les utilisateurs de ces plateformes, avec de plus en plus de dommages collatéraux.

Mais ce deal peut être juteux pour les plateformes. YouTube par exemple a lancé depuis la fin de l’année une offre de musique en streaming sur abonnement à partir des contenus partagés sur sa plateforme. En termes de profondeur de catalogue, il est le seul qui puisse être comparé à Grooveshark, parce que son principe repose aussi sur une alimentation par la foule. Son modèle passera par des abonnements proposés aux utilisateurs en échange d’une suppression de la publicité qui devient de plus en plus envahissante sur YouTube. Evidemment, YouTube (et Google derrière lui, propriétaire du site) a négocié le montage de cette offre avec les majors de la musique. Mais la plateforme n’a pas hésité au passage à utiliser sa puissance pour tordre le bras des producteurs indépendants, qui ont été sommés d’accepter des termes contractuels défavorables sous peine d’être éjectés de l’offre gratuite.

En attendant l’extrajudiciarisation de la censure… 

Au final, si on fait le bilan après ce tour d’horizon, quel va être le prix à payer après la fermeture de Grooveshark ? L’offre de musique en ligne se recentre sur des plateformes plus centralisées et moins riches en termes de catalogue, avec une perte globale d’accessibilité pour la diversité musicale. Ces plateformes ne doivent leur survie que parce qu’elles ont recours à des Robocopyright organisant une problématique « police privée du droit d’auteur ». Par ailleurs, le secteur subit un effet de concentration et un acteur déjà dominant comme YouTube ne peut que bénéficier de la fermeture de Grooveshark, surtout à la veille du lancement d’une offre payante. Et les artistes au final ? Ils perdent objectivement avec Grooveshark une opportunité de toucher des revenus supplémentaires, puisque le site était prêt à leurs verser un pourcentage de ces recettes.

Le seul point « positif », si l’on peut s’exprimer ainsi, dans la fermeture de Grooveshark, c’es qu’il aura quand même fallu un procès en bonne et due forme pour arriver à ce résultat. On est encore dans le cadre d’une décision de justice, offrant un minimum de garanties pour les droits de la défense. L’étape suivante que visent à présent les titulaires de droits, c’est d’être en mesure de pourvoir contourner la justice pour faire pression directement sur les plateformes avec l’appui de l’Etat.

C’est une tendance que l’on voit actuellement monter à travers des concepts comme « l’auto-régulation des plateformes » ou la mise en place de moyens extra-judiciaires de lutte contre la « contrefaçon à échelle commerciale », telle la Charte récemment négociée en France sous l’égide du Ministère de la Culture à propos de la publicité en ligne. Le prochain Grooveshark ne sera pas condamné par un juge : il sera éjecté de l’écosystème par un système de censure privée organisé sur une base contractuelle entre les titulaires de droits et des intermédiaires.

L’évolution du streaming dans la musique montre à quel point un concept comme celui de « contrefaçon commerciale » ou de « site massivement contrefaisant » est évanescent. La différence entre Deezer, YouTube et Grooveshark n’est qu’une différence de degrés et pas de nature. Ceux qui acceptent « d’acheter leur survie » pourront subsister, mais à condition d’évoluer vers des modèles de plus en plus problématique pour le respect des libertés.

***

La fin de Grooveshark n’est qu’un épisode dans la guerre globale au partage qui se livre aujourd’hui. Elle doit aussi nous rappeler que le meilleur moyen de résister est de favoriser les formes de partage non-marchand les plus décentralisées, comme le P2P. C’est là d’ailleurs, et notamment au sein des communautés privées de partage, que subsiste la « Longue Traîne de la musique » dans toute sa richesse. Ces procédés ont en effet la vertu d’éviter la constitution de plateformes centralisés pouvant être abattues en justice, ou pire, transformées progressivement en monstruosités sous la pression des titulaires de droits.

Et au-delà, il reste essentiel de réclamer la légalisation du partage non-marchand et la mise en place de financements mutualisés pour la création, comme la contribution créative, qui sont les seuls moyens à la fois de sortir de cette spirale répressive en assurant la rémunération des créateurs.

Classé dans :Penser le droit d'auteur autrement ... Tagged : contrefaçon, droit d’auteur, Grooveshark, musique, robocopyright, streaming