Coopération et partage autour des pratiques collaboratives

L’écriture collaborative

Un article repris du magazine de juin d’Outils Réseaux

"De l’écriture individuelle à la production collective : les enjeux et modalités de l’écriture collaborative"

Conçu comme un support à la construction d’un savoir collectif, le Web 2.0 a profondément amené à concevoir l’information de manière différente. Libérant l’écriture de l’univers clôt du support imprimé, il a engendré une profonde modification dans ce domaine. Il est désormais possible d’écrire à plusieurs sur le même document et en même temps !

Le succès rencontré par l’Encyclopédie Wikipédia, l’un des sites les plus consulté au monde, a ouvert la voie à de nouvelles pratiques d’écriture. Se définissant elle-même comme un "projet d’encyclopédie libre, écrite collectivement", elle a démontré combien la collaboration était porteuse de qualité et pouvait doter l’écrit d’une plus grande richesse. Richesse pour la communauté qui bénéficie de la rencontre de points de vue différentes sur un même sujet. Richesse également pour l’individu qui participe à un projet qui va le conduire à élaborer de nouvelles stratégies d’écriture et à se nourrir de nouvelles idées.

Co-écrire, un processus difficile

La réalisation d’un écrit collaboratif est le fruit d’un processus souvent jugé complexe et difficile. Dans l’article A Taxonomy of Collaborative Writing to Improve Empirical Research, Writing Practice, and Tool Development, paru en 2004, Lowry P.B., Curtis A. et Lowry M.R. expliquent cette difficulté par le fait qu’à la démarche d’écriture individuelle (qui a pour fondement, selon eux, la planification, la traduction et la révision), l’écriture collective ajoutent trois niveaux de complexité supplémentaire :

1. Intellectuelle

2. Sociale

3. Procédurale

Ceux-ci correspondent à trois questions que pose l’écriture collaborative :

  • 1. Comment mutualiser et harmoniser des connaissances individuelles pour produire un savoir collectif ?
  • 2. Comment coordonner les membres et leurs différents avis pour mener à bien ce projet ? Comment dépasser les conflits socio-affectifs générés par cet exercice collectif ?
  • 3. Comment mettre en place une planification et une finalisation commune ?

La dynamique de groupe : la clé de voûte de l’écriture collaborative

En réalité, au-delà de la dimension intellectuelle et procédurale évoquées précédemment, ce qui apparaît véritablement comme la clé de voûte de l’écriture collaborative est la dimension sociale de laquelle va découler le "bon fonctionnement" du reste.

Par "dimension sociale", on entend la capacité à créer une dynamique de groupe qui va fédérer chaque membre autour d’un objectif commun (la production d’un texte) et au sein duquel chacun va trouver sa place. Une dynamique qui va faciliter au maximum l’implication de ses membres et sans laquelle tout projet coopératif est voué à l’échec.

L’écriture collaborative peut en effet générer des conflits socio-affectifs (points de vue divergents, sentiment d’être jugé etc.) qui peuvent s’avérer difficiles à dépasser. L’acte de co-écriture nécessite ainsi :

- Un haut niveau d’interaction réciproque entre les membres alimentée par des échanges fréquents.
- La prise en compte des différents points de vue, la valorisation des apports de chaque membre à la communauté, l’encouragement de chacun à participer, en gardant en tête cette phrase de Paul Ricoeur « La tolérance n’est pas une concession que je fais à l’autre, elle est la reconnaissance du principe qu’une partie de la vérité m’échappe. » - La capacité de l’animateur à réguler les conflits sociaux-cognitifs générés par les idées et natures divergentes.

Le travail de l’animateur de réseau va justement être d’apporter une convergence au sein de la communauté et de créer ainsi une dynamique constructive de travail propice à l’implication de chacun.

Faciliter la contribution de chacun par la méthode des 6 chapeaux


Afin de favoriser l’implication de chacun et l’émergence de nouvelles idées au sein d’un groupe, le psychologue spécialiste des sciences cognitives Edward de Bono a développé en 1987 la méthode dite des "6 chapeaux". Partant du postulat que la recherche de solutions passe par six phases bien distinctes, celle-ci invite chaque membre du groupe à explorer lors d’une réunion six modes de pensée spécifique, symbolisés par six chapeaux de couleurs différentes.

En résumé, les objectifs sont de :

- permettre à chaque membre de percevoir une idée, de la penser, sous un angle différent et ainsi de faire évoluer son point de vue sur une question.
- empêcher la censure d’idées nouvelles au sein d’un groupe
- créer un climat favorable aux échanges et à la créativité, favoriser la liberté de parole
- résoudre collaborativement des problèmes.
- offrir une vision globale et approfondie de la situation.

Concrètement, une fois le problème posé, chaque membre endosse tour à tour une stature différente en revêtant virtuellement un chapeau et commence à explorer de nouvelles solutions :

- Le Chapeau blanc symbolise la neutralité. Lorsqu’elle le porte, la personne doit s’attacher à énoncer simplement les faits, en laissant de côté tout ce qui peut relever de l’interprétation.
- Le Chapeau rouge : l’émotion. La personne énonce librement ses sentiments et ses intuitions.
- Le Chapeau vert : la créativité. Elle cherche des alternatives, en essayant de considérer le problème sous un angle nouveau.
- Le Chapeau jaune : la critique positive. Elle "admet ses rêves et ses idées les plus folles".
- Le Chapeau noir : la critique négative, le jugement. Elle énonce les faiblesses et les risques que comporte selon elle cette idée.
- Le Chapeau rouge : l’émotion. Elle énonce librement ses sentiments et ses intuitions.
- Le Chapeau bleu : l’organisation, la canalisation des idées, le processus. Elle s’attache à prendre du recul sur le sujet énoncé.

Trois approches pour réaliser un écrit collaboratif

Réaliser un écrit collectif peut se faire de différentes manières, selon trois niveaux de collaboration :
- Un membre commence par rédiger un article qui est ensuite modifié et enrichi par un autre membre et ainsi de suite jusqu’à obtenir un « document » jugé complet par le groupe et faisant l’objet d’un consensus.
- Une approche plus coopérative que collaborative consiste à ce que chaque membre travaille sur une partie de l’article. Les diverses parties produites sont ensuite reliées entre elles et harmonisées pour former un seul et même article.

Une variante à cette coopération consiste à ce que chaque membre, selon ses compétences et ses appétences, effectue une partie du travail. Par exemple, un membre rédige, l’autre corrige, le troisième relit etc.

- Enfin, l’approche la plus collaborative est peut-être celle qui inclut tous les membres de la conception à la réalisation de l’écrit, celle où il n’y pas véritablement de distinction de rôle. Chacun participe ainsi aux différents phases.

Les phases d’élaboration : trucs et astuces pour l’écriture participative

Chaque groupe peut trouver sa propre méthode, celle qui lui correspond. Cependant, pour avoir quelques points de repère, voici quelques trucs et astuces pour initier une écriture participative :


1. Faire vivre "une expérience irréversible de coopération"

Rien de mieux pour préparer un groupe à la réalisation d’un écrit collectif que de commencer déjà par lui faire vivre une "Petite Expérience Irréversible de Coopération" (PEIC). Ceci afin de résoudre des points de blocage éventuels, faire naître les premiers échanges et donner du sens à la démarche collaborative.

L’une des grandes astuces consiste à utiliser Etherpad, un service en ligne qui permet de prendre des notes à plusieurs personnes simultanément, sur lequel est mis du contenu imparfait, à corriger ou comportant de nombreuses fautes d’orthographe. Ce simple fait va pousser instinctivement les personnes, malgré les barrières qu’elles pourraient avoir, à corriger les fautes. Cette astuce est encore plus efficace quand la faute porte sur le nom d’une personne : au souci de l’orthographe irréprochable, s’ajoute l’ego...Le mal est fait : la personne vit sa première expérience de collaboration !

2. Le brainstorming

Ce premier pas réalisé, une deuxième étape peut être franchie par l’organisation d’un brainstorming collectif c’est-à-dire d’une réunion de collecte d’idées qui permet de rassembler tous les points de vue et les propositions d’écriture du groupe. Cette technique incite les membres à verbaliser les idées, à les confronter entre eux et à les reformuler. Elle stimule en outre la créativité. L’utilisation d’une carte heuristique s’avère très efficace pour recueillir toutes ces données, les hiérarchiser entre elles et offrir une vue d’ensemble. Le principe est simple : l’animateur fabrique une carte mentale qui reprend les points énoncés par chaque membre et les classe par thèmes et sous-thèmes. Projetée à l’écran, celle-ci permet à chacun de voir s’il manque une donnée et d’intervenir ainsi plus facilement. Cela permet de rapidement faire fuser les idées et de prendre en compte chaque point de vue !

De nombreux outils de carte heuristique existent, parmi eux se distingueFreeplane par sa facilité d’utilisation.


3. La rédaction

Une fois ce travail effectué, le groupe est en mesure d’établir un plan de l’écrit à réaliser. A partir de ce plan, le vrai travail de rédaction va commencer. En amont, il peut être utile de tester différentes modalités d’écritures (individuelles ou directement en groupe, dans quel cadre etc.) pour trouver la configuration qui conviendra le mieux au groupe. Une réflexion sur ce qu’induit la publication (= exposition) est également nécessaire.

La rédaction peut se faire au travers d’outils en ligne qui permettent à chaque membre d’éditer et de modifier le document, d’améliorer le travail commun d’écriture et d’avoir une vision en temps réel de l’état du document.

Google Document se prête bien à la rédaction en petit groupe. Il permet de rédiger à plusieurs et en même temps un document en ligne que chacun peut modifier et dont toutes les modifications sont automatiquement intégrées à l’écrit de base. L’avantage de cet outil est que le travail n’est jamais isolé et que les membres peuvent voir la construction au fur et à mesure de l’écrit et par là-même faire évoluer leurs idées sur le sujet.

Pour un plus grand groupe, le Wikipeut être une bonne option. Tout comme Google Doc et Etherpad, il permet de publier instantanément toute création ou modification de page et d’avoir une vue d’ensemble mais possède d’autres options intéressantes. Il offre en effet la possibilité de commenter les pages, d’avoir une mise en page des contenus plus visuelle, de décider du moment de l’édition du travail en ligne et de gérer l’historique des rédactions. Il permet ainsi un travail collaboratif peut-être plus structuré.

Petit retour d’expérience d’Animacoop sur la rédaction collective

Lors de la formation Outils-Réseaux « Animer un réseau collaboratif » (Montpellier, octobre-décembre 2010), les formateurs ont proposé au groupe de stagiaires d’Animacoop de rédiger collectivement et à distance, trois articles pour leur newsletter.

Les membres du groupe avaient l’habitude de travailler ensemble et écrire un article permettait de valoriser un bien commun, une création. "Pour les formateurs, cet exercice d’écriture était une sorte de défi méthodologique", expliquent les responsables de la formation : "Comment tester la capacité collective de synthèse des contenus transversaux produits durant la formation ? Deuxième défi : comment motiver les stagiaires pour un travail complémentaire et peu anticipé ? »

Le témoignage des stagiaires sur cette expérience (méthode employée, étapes de réalisation, gestion du temps) est à lire en ligne

- l’article sur outils réseaux et les diaporamas associés