Coopération et partage autour des pratiques collaboratives

Forum des usages coopératifs 2012 : Session « médiations numériques et inclusion sociale »

Dans la perspective du Forum des usages coopératifs de Juillet 2012 et suite aux assises de la médiation numérique d’Ajaccio, voici une proposition de travail pour la session dédiée aux médiations numériques et à l’inclusion sociale.

En septembre 2011, les assises de la médiation numérique d’Ajaccio ont traité de la thématique e-inclusion sous l’angle de la mise en partage d’expériences au vue d’identifier :
* des enjeux de de cette thématique
* les objectifs poursuivis
* les freins et facteurs facilitant la diffusion des actions d’e-inclusion * Les chantiers à mener
(cf. livre blanc des assises à paraître très bientôt)

Aujourd’hui la ville de Brest, l’association CRéATIF propose de poursuivre ce travail dans la perspective du Forum des usages coopératifs de juillet 2012 et des prochaines assises de la médiation numérique.

Pour ce faire, la proposition de travail qui suit concerne la session co-organisée avec Marsouin lors du forum des usages 2012.
Elle a pour objet de mieux comprendre les pratiques de la médiation numérique sociale au regard de la diversité des parcours des acteurs de l’e-inclusion. L’étape suivante pourrait être à Ajaccio, d’élaborer des propositions d’action.

En qualité de référente de la thématique e-inclusion pour l’association CRéATIF, j’invite toutes les personnes intéressées pour élaborer les contenus du forum des usages (acteurs, chercheurs...) à rejoindre le groupe de travail qui se consacrera à la préparation des sessions "e-inclusion" du Forum des usages.

Pour ce faire merci de me transmettre vos coordonnées par mail.


Proposition de problématique pour la session "Médiations numériques et inclusion sociale des publics éloignés"

Le champ des médiations numériques
A travers les premières assises de la médiation numérique, co-organisées par Créatif et la collectivité territoriale de Corse et la rédaction du livre blanc nous avons fait le constat d’une évolution de l’accès public accompagné vers une médiation numérique plus large et plus diverse.

L’élargissement concerne en premier lieu les acteurs et les publics concernés par la médiation numérique :
- Des animateurs de lieux d’accès publics qui vont au devant de publics isolés socialement ou qui ne fréquentent pas naturellement les espaces publics numériques
- Une prise en compte des outils de l’internet et du multimédia dans les pratiques de travailleurs sociaux, d’acteurs associatifs et de personnes en lien avec des publics fragilisés et en difficulté sociale.

La médiation numérique est aussi un élargissement du champ d’action qui au delà de la découverte d’internet permet l’accès aux services publics à l’heure du numérique, facilite l’expression, invite à s’impliquer au sein du quartier ou du territoire, propose la co-production d’innovation sociale…


Une médiation numérique sociale peu reconnue

Certains acteurs, encore peu nombreux (ou peu connus) ont su intuitivement mettre en place une pédagogie, un comportement, des actions pour développer des conditions favorables à l’apprentissage des tics par ces publics. Cependant, la mutualisation de ces éléments n’est pas facilitée par la singularité des personnes, des contextes. Il existe alors un enjeu de diffusion des ces pratiques au sein des réseaux d’accès public mais aussi et surtout auprès des structures qui agissent au quotidien en proximité avec eux (structures sociales, médicales, éducation populaire…). Les associations qui regroupent ces acteurs se sont peu impliquées dans les usages du numérique comme facteur de lien social et ne sont pas aujourd’hui force de proposition.
Un autre enjeu a été mis en évidence lors des assises : les actions conduites en direction des publics fragilisées ont aujourd’hui peu de visibilité quant à la plus-value sociale et encore moins des effets qu’elles ont sur la vie quotidienne des personnes. La reconnaissance de la valeur de ces actions est importante :
- Pour les personnes fragilisées : plus ces actions se développeront et plus nombreuses seront les personnes à en bénéficier
- Pour permettre aux acteurs du social… d’identifier le multimédia comme nouveau support de médiation avec les publics en difficulté
- En matière de politique publique et de financements possibles des initiatives….


Les objectifs de ces rencontres

Dans ce contexte d’élargissement des médiations numériques, il nous faut
- mieux appréhender les différentes facettes des médiations numériques, des postures professionnelles (accompagnement, facilitation), des figures de la médiation et leur mutualisation
- comprendre les apports pour les personnes concernées et la plus value sociale apportée par la médiation numérique
- faire des propositions pour une mise en réseau et pour que les médiateurs puissent contribuer à diffuser leurs pratiques et innovations

Un premier objectif : donner à voir et partager

En premier lieu nous souhaitons mieux appréhender les figures (les personnes et leurs parcours) de la médiation dans l’e-inclusion en donnant un maximum de place à des personnes issus des champs de l’action sociale Pourquoi ces personnes s’engagent-elles dans la médiation numérique---même si ce n’est pas leur cœur de métier ?

C’est l’idée d’un ’kaléidoscope’ de la médiation numérique qui identifierait la diversité des champs et figures de la médiation numérique avec pour objectifs
- de mieux connaitre les figures de la médiation,
- la façon dont se construisent ces profils de médiation numérique
- et d’en faciliter la mutualisation.

Un second temps pour comprendre l’apport de la médiation numérique

Ce qui permet de faire la médiation numérique et comprendre les raisons pour lesquelles une personne éloignée du numérique et en difficulté sociale décide de se lancer dans l’aventure d’internet et du multimédia :

- Ce qui motive ? —Comment se construit sa motivation ?
- Quels usages ? Pourquoi cet outil plutôt qu’un autre ?

On peut imaginer la présentation de quelques portraits d’usagers qui donnent à voir ce que les publics retirent de ces expériences et des usages de l’internet et d’un atelier qui leur donne la parole en complément de la session du matin.

Partager, mutualiser favoriser un travail en réseau et promouvoir
Les personnes qui s’impliquent dans la médiation numérique ont souvent le sentiment d’être isolées, faute de réseaux thématiques ou territoriaux qui prennent en compte cette question de la médiation numérique facteur de lien social.

C’est pourquoi nous nous proposons de travailler à
- Développer l’échange sur les expériences
- Imaginer une mise en réseau des personnes (A quelle échelle ?...)
- Et d’élaborer quelques propositions qui permettent aux personnes de prendre du recul sur leur pratique et de participer à leur diffusion.

L’organisation

A partir de cette problématique (amendée par les échanges) nous proposons d’associer les personnes qui souhaitent s’impliquer dans cette réflexion (participants aux assises, Créatif, Marsouin et acteurs des laboratoires d’usages, médiateurs intéressés). Un premier travail de collecte et de réflexion peut être engagé dans les 6 mois de préparation du Forum. Pour le forum nous proposons de travailler à une animation qui amène les personnes d’horizons différents à s’exprimer et à visualiser ce qu’elles ont en commun ou ce qui les distingue autour des 3 sessions. Les sessions ne seraient pas un lieu où les personnes viendraient raconter leur expérience mais un lieu de préparation de propositions en vue des secondes assises de la médiation numérique (Corse septembre 2012).