Coopération et partage autour des pratiques collaboratives

Domaine public à l’italienne

Il n’y a pas que Paris ou Bruxelles qui fêtent le domaine public. Il y a également depuis 2011 l’exemplaire et pionnière ville de Turin. Rencontre fructueuse et projets en perspective...

Chanceuse, la Romaine. Fière et émue d’être invitée dans le pays de ses origines, pour présenter le tout jeune festival du domaine public, au Salon International du Livre de Turin. L’occasion de découvrir avec plaisir que dans la capitale du Piémont, il se passe beaucoup de choses pour le domaine public. Ici tout un réseau d’acteurs associatifs, universitaires, pédagogiques et municipaux se crée et s’organise pour valoriser, diffuser et redécouvrir les œuvres du domaine public. Nous avons eu la grande chance de les rencontrer, et nous sommes bien décidés à tisser toutes sortes de liens avec eux pour la seconde édition du festival : jumelage franco-italien en vue !


La visite des magasins de la bibliothèque universitaire du Politecnico

Dans les coulisses de la bibliothèque du Politecnico

Perché Torino ?

JPEG - 80 ko

Le premier échange avec Turin, nous le devons à Mariangela Ciriello et à son émission Public Domain (à laquelle nous avons eu le plaisir de participer l’an dernier), diffusée sur la webradio turinoise BorderRadio. Puis nous avons découvert que le domaine public avait aussi les faveurs de la prestigieuse université scientifique du Politecnico de Turin : depuis 2012, une myriade de manifestations diverses et variées, visant à la sensibilisation au domaine public. Parmi elles, des flashmobs : des performances culottées proposant des extraits d’œuvres du domaine public, jouées, chantées et dansées, au beau milieu de la bibliothèque universitaire ! Pour plus d’informations suivre le compte Facebook dédié.

Un écho certain à ce que nous avons essayé de faire avec le festival : il fallait se rencontrer !


Le projet de jumelage annoncé dans La Stampa

Progetto bibliotecario urbano sul pubblico dominio

JPEG - 128.5 ko

Tout a commencé avec le professeur Juan Carlos De Martin, membre de Communia et signataire du fameux Manifeste du Domaine Public, qui a confié à Nunzia Spiccia, bibliothécaire au Politecnico, le soin d’œuvrer pour le domaine public au sein de l’université. De quoi passionner Nunzia, qui se demandait justement comment faire en sorte que les futurs ingénieurs et architectes que forme le Politecnico, restent ouverts à la culture sous toutes ses formes.

La bibliothèque s’est d’abord doté d’un scanner afin de numériser les fonds de la bibliothèque pour les mettre à disposition de tous. Mais le projet est allé encore plus loin, et l’initiative s’est élargie aux bibliothèques de Turin et même à une école de théâtre, pour un vaste Projet Bibliothécaire sur le Domaine public présenté en ces termes :

Le Politecnico de Turin, à partir de 2012, a signé une convention avec la Ville de Turin - Bibliothèques municipales turinoises, la Fondation Teatro Nuovo, et depuis 2014, avec l’Université de Turin, pour enrichir, de manière collaborative, sa programmation d’initiatives culturelles, avec l’organisation d’événements dédiés au concept de domaine public. Chaque année, seront réalisés des événements culturels performatifs et formatifs, pour rappeler les œuvres des auteurs qui font leur entrée dans le domaine public. (...) Ce projet est fruit d’une coopération entre institutions, et il a pour but de promouvoir et diffuser le concept de domaine public, en souligner l’importance sociale, culturelle et économique, et encourager la valorisation et la réappropriation de ce patrimoine commun.

Nous n’aurions pas mieux dit !

Slides de présentation du projet, par Cecilia Cognigni du réseau des bibliothèques municipales de la ville de Turin.

En clair : une convention officielle entre les différentes bibliothèques de la ville pour œuvrer pour la diffusion du domaine public, le tout en réseau. Au programme des réjouissances, et ce tout au long de l’année :

  • des numérisations ;
  • des mises à disposition des œuvres sur un portail commun (à venir) ;
  • l’édition de fascicules présentant des œuvres du domaine public ;
  • des performances théâtrales et musicales à partir d’œuvres du domaine public (les fameux flashmobs évoqués plus haut et qui nous avaient tant plu).


De gauche à droite Nunzia Spiccia (Bibliothèque du Politecnico), Valeria Calabrese (Bibliothèque Municipale de Turin), Girolamo Angione (Fondazione Teatro Nuovo), Oriana Bozzarelli (Université de Turin), Gabriele Bolletta (Fondazione Teatro Nuovo)

Car la force et l’originalité de ce projet résident aussi dans la collaboration étroite avec une école de danse, de théâtre et de scénographie, la Fondazione Teatro Nuovo. Et quoi de mieux que les arts vivants pour éveiller le plus grand nombre à la conscience des enjeux citoyens du domaine public ?
Et cette brillante idée, on la doit à Nunzia Spiccia, dramaturge à ses heures, qui a convié dans ce projet Girolamo Angione, metteur en scène et professeur de théâtre.

Incontro al Salone Internazionale del Libro e Pubblico Dominio


Dans ce gigantesque dédale dédié au livre et à l’édition, (pour vous dire, le Salon du Livre Porte de Versailles est un mouchoir de poche à côté), nous avons fini par trouver l’espace de la Région Piémont où nous devions intervenir. Nous avons bénéficié de l’accueil plus que chaleureux de Nunzia Spiccia, qui nous a présentés aux nombreux responsables du réseau bibliothécaire municipale et universitaire. Nous avons aussi enfin rencontré Mariangela Ciriello de BorderRadio, avec laquelle nous avions tant échangé à distance jusqu’alors.

Se sont succédés lors de la conférence animée par Cecilia Cognigni : Mariangela Ciriello, Juan Carlos De Martin, Paolo Messina (directeur des bibliothèques municipales de Turin), Enrico Pasini (délégué rectoral pour les bibliothèques des universités de Turin), Girolamo Angione et vos serviteurs.

Captation audio de la conférence

La présentation de ce vaste projet dédié au domaine public finit en ces termes, qui sonnent pour nous comme une évidence :

Le but ambitieux serait de parvenir en 2016 un Festival sur le domaine public jumeau avec celui de Paris.

Un jumeau turinois pour le festival 2016 ! Nous en sommes honorés et ravis.


Lors de la conférence au Salon du Livre : de gauche à droite Juan Carlos De Martin, Cecilia Cognigni, Véronique Boukali et Alexis Kauffmann

Cena e fisarmonica

Cette belle journée s’est bien sûr terminée autour d’un succulent dîner de produits locaux à l’Osteria Zucchero e Sale, agrémentée pour ma part d’un récit de l’histoire de la ville de Turin par le très savant Professeur Messina. Une fresque passionnante qui ferait pâlir d’envie tous les livres d’Histoire par sa précision et sa vivacité !