Coopération et partage autour des pratiques collaboratives

Bilan de l’OpenDataCamp

tableau
Le programme du camp

L’OpenDataCamp de Paris organisé à la Cantine le 12 décembre a réuni plus de 120 personnes. Cette journée a été l’occasion d’échanges construits et nourris entre de nombreux acteurs de la donnée publique venus de tous les horizons : recherche, industrie, milieu associatif, journalisme, militants politiques, parents d’élèves, étudiants ou tout simplement des citoyens intéressés.

Sur le site du BarCamp, une page centralise les différentes restitutions : les résumés des séances par leurs rapporteurs, des extraits vidéos, des compte-rendus des blogs ou même un concentré des meilleurs gazouillis de la journée. Nous proposons pour notre part les compte-rendus de deux sessions que nous avons animées : sur la représentation visuelle des données d’une part et sur la militance de données d’autre part.

gapminder-synthese

En ce qui concerne nos travaux, l’atelier visualisation nous a avant tout permis de réaliser toute l’importance de rendre nos données encore plus facilement accessibles par l’intermédiaire d’une API. Cela permettrait ainsi à tout un chacun de manipuler nos données pour en produire de nouvelles représentations plus expertes que les notres. Suite au camp, Alexis Monville a repris sous la forme d’un Gapminder les données de la page Synthèse de NosDéputés, permettant ainsi de visualiser la répartition des députés suivant jusque quatre critères différents (exemple ci-contre). On pourrait par exemple très bien imaginer de la même façon que des gens réutilisent notre carte des circonscriptions pour représenter les critères d’activité parlementaire géographiquement sur la France.

L’autre point essentiel à retirer de ce camp pour NosDéputés.fr est le constat de complexité au premier abord de nos graphes d’activité des députés. Pour améliorer cela nous allons dans un premier temps tenter de proposer pour chaque semaine représentée l’activité correspondante sous la forme d’une sorte d’agenda parlementaire. Des représentations plus synthétiques de l’activité d’un député sur une session parlementaire relativement à la moyenne de tous les députés pourraient également être envisagées…

Coté données publiques, rendre plus visible les données à vocation publique en s’inspirant d’initiatives comme CKAN en Angleterre nous semble un angle d’action important. Les rendre téléchargeables et accessibles (c’est à dire lisibles par les humains comme les machines) est un défi majeur à relever pour faire émerger des applications innovantes et utiles. C’était dans cet esprit que nous avions organisé un « Lâcher de données » quelques heures avant le Camp.

Il a également été très agréable de voir émerger une volonté de mutualiser les efforts pour rendre accessibles les données. C’est notamment ce que nous avons remarqué lorsque nous avons évoqué notre initiative sur le redécoupage électoral : géolocaliser les données des élections semble clairement intéresser de nombreux acteurs, ce qui permettrait probablement de faciliter grandement à l’avenir le travail de fourmi que nous avons mené sur une trentaine de villes ou préfectures. Cette mutualisation des données nous apparaît comme une étape essentielle, et nous espérons qu’elle permettra l’avènement de nouveaux usages politiques et citoyens.

Si vous avez participé à l’OpenDataCamp de Paris, n’hésitez pas à compléter la page dédiée aux restitutions ou à commenter ce billet pour nous faire part de vos liens et refléxions.