Coopération et partage autour des pratiques collaboratives

Autre écho de Moustic 2015 "Forte présence des animateurs"

De retour de Moustic 2015

Les rencontres de Moustic 2015 viennent d’avoir lieu. Vecam y était bien représentée (voir les articles de Michel et de Pascal).
Habitué de ces moments, j’ai retrouvé la qualité des échanges permises par une structure ouverte…et détendue. Cette année, c’est l’équipe de SupAgro-Florac qui portait l’animation, précédemment assurée par Outils-Réseaux et SupAgro.
Je ne sais si ce changement est la cause d’un glissement du centre d’intérêt, depuis les usages sociaux des outils vers l’animation de groupes porteurs de projets (sociaux, environnementaux, de transition) avec une dimension territoriale toujours forte.
Un beau « forum contributif » a proposé de faire se rencontrer des porteurs de méthodes d’animation et des porteurs de projets.
Peu donc d’outils nouveaux, mais un bel approfondissement des usages des outils existants, et une forte volonté de les mettre en partage. A ce titre, une des réalisations qui a eu la « vedette », saluée par tous, est l’opération MultiBAO (pour multi-boîte à outils), dans laquelle sont mises à disposition toutes les bonnes méthodes d’animation de groupe, avec la possibilité de les rendre interopérables entre plusieurs sites utilisateurs. Voir http://www.multibao.org/
Comme d’habitude, Moustic s’organise pour perdurer par un dépôt collaboratif de contenus (avec prise de notes collectives en séance, restituées sur le site de la rencontre. http://moustic.info/2015 )
J’ai apporté ma touche personnelle en proposant un projet qui consisterait à faire une "hotline" entre animateurs de projet ayant une bonne culture des outils (jamais complète ni parfaite !) qui pourrait assister des animateurs de groupe à distance lorsqu’ils rencontrent une difficulté technique sans avoir de soutien à proximité immédiate. En effet, le nombre de groupes « équipés » commencent –enfin- à exploser (voir la liste encourageante de Coop-group - http://coop-group.org - groupes thématiques et territoriaux, dont africains). Il ne faudrait pas que l’intérêt retombe par suite de difficultés techniques toujours possibles, comme j’en ai fait personnellement l’expérience depuis des années. Ce projet sera poursuivi.