Coopération et partage autour des pratiques collaboratives

3 étapes pour une bibliothèque collaborative

Réflexions suite à la rencontre "bibliothèques collaboratives" du 10 juillet (off du Forum des Usages collaboratifs de Brest), publiées sur le blog Perseverare diabolicum

"Selon moi, il y a trois dimensions sur lesquelles on peut travailler pour développer le travail collaboratif en bibliothèque.

- la diffusion plus large du contenu déjà produit par la bibliothèque. Rapports d’activité, rapports statistiques, compte-rendu de commissions documentaires thématiques… Les bibliothèques produisent déjà de nombreuses informations qui pourraient / devraient être accessibles à tous sur leur site web ou sur des sites de dépôt professionnels thématiques (du type Poldoc). Sans compter les données statistiques du SIGB qui pourraient alimenter des portails de données ouvertes locaux. C’est la condition sine qua non pour initier des projets collaboratifs inter-établissements ou en impliquant l’usager final.

- une production plus intense et de meilleure qualité de contenus destinés à accroître le lien entre nos usagers et nos collections constituées (numériques ou papier). Billets de blogs, supports de formation, vidéos… L’écriture et la production de contenus web est encore balbutiante et surtout de qualité « amateur ». Il nous reste tout à apprendre !

- l’accompagnement de nos usagers vers le collaboratif. Nous bibliothèques produisons essentiellement, ce sont nos missions, des informations de type secondaire. La bibliothèque productrice de savoir reste un oxymore. L’objectif ultime de la bibliothèque va être donc de donner à ses usagers les moyens et l’envie de produire eux-mêmes des contenus intellectuels, culturels et artistiques dans une logique de diffusion et de partage. Cela va de la promotion auprès des chercheurs de l’archivage ouvert de leurs articles scientifiques, au soutien de portails de type Wiki-Brest, en passant par la formation à des outils libres pour la création…

Ce troisième axe est le plus délicat mais le plus important. Il contient une importante dimension de formation et d’animation : moyen le plus efficace de faire passer un message, mais bien plus énergivore…

Communication et ouverture des données, médiation numérique, formation des usagers et promotion de nouvelles pratiques de partage : trois étapes d’un programme chargé pour faire des bibliothèques collaboratives une réalité."